Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

La claire fontaine - David Bosc

Ce court récit traite de l'exil du peintre Courbet en Suisse, alors qu'il est accusé d' avoir incité les Communards à détruire la colonne Vendôme. Il passe la frontière de façon romanesque , en calèche, avec femme et apprenti, et s'installe au bord du lac Léman, à la Tour de Peilz. L'artiste va vivre là les quatre dernières années de sa vie et si certains y ont vu, à tort, des années noires gagnées par l'alcoolisme et la maladie, sa correspondance prouve que le peintre a manifesté une joie de vivre débordante dans ce paysage grandiose. Athée, Courbet célèbre la nature et en explore tous les mystères; il adore se baigner dans les lacs, observer les animaux, goûter la compagnie des femmes ainsi que celles des petits bourgeois avec qui il partage vin et chansons. La peinture demeure la nourriture indispensable dans laquelle il projette toutes ses sensations et émotions du moment, sachant bien que "le tableau donne un espace pour exister à ce que l'on ignorait en soi", avec toujours à l'esprit les grands principes affichés dans son atelier:
" Ne fais pas ce que je fais.
Ne fais pas ce que les autres font.
Si tu faisais ce que faisait Raphaël, tu n'aurais pas d'existence propre. Suicide.
Fais ce que tu vois et ce que tu ressens. Fais ce que tu veux
."

Mais le bien-être éprouvé dans la symbiose avec la nature n'empêche pas le désir de retrouver la ville, qui porte en elle d'autres promesses:
"Vivre dans une village dont on n'est pas, dans un village où la plupart des autres sont chez eux, se connaissent, et chaque jour vous montrent la même gueule, bonne ou mauvaise, au bout d'un moment, hein? On prend le premier train. On court se jeter dans le grand déversoir où viennent se défaire, se nouer les rails, les routes, les rencontres, une vraie ville, des lieux publics, enfin, où le hasard bat les cartes."
La jouissance extrême manifestée par le peintre durant ces quatre années ne peut conduire qu'à l'issue fatale;elle témoigne aussi d'un choix de vie guidé par un maître mot : liberté.
Et c'est bien ce thème de la liberté que l'auteur explore dans la vie de Courbet , que ce soit dans la nature, dans la peinture ou dans l'engagement politique. On parcourt le récit avec un double plaisir, celui des mots et celui de la peinture. Et c'est à juste titre qu'il a figuré dans la première sélection Goncourt.

Published by Ritournelle - - Littérature

commentaires

Loqman 23/11/2013 07:38

Merci pour cette page et les citations que tu y a posé.

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog