Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

Café society

Quand on est fan de Woody Allen, on ne peut pas passer à côté de son dernier film présenté hors compétition à Cannes. D'ailleurs, il y est aussi question de stars. Le personnage principal, Bobby, est en quelque sorte le double du cinéaste. Gauche, naïf, le jeune homme aide son père dans sa boutique de bijoux; mais il s'ennuie dans cette famille juive new-yorkaise, rêve d'un autre destin. Il rejoint donc son oncle Phil à Los Angeles qui est agent de stars, dans le but de trouver un travail quelconque. Bobby devient coursier et tombe sous le charme de la secrétaire, de son oncle, la belle Vonnie, qui est aussi sa maîtresse. L'amitié des jeunes gens se transforme en amour, mais Phil décide enfin de quitter sa femme pour Vonnie. Déçu, Bobby revient à New-York, travaille dans des night-clubs pour le compte de son frère aîné, un maffieux qui a la gachette facile. Il se marie, c'est alors que Vonnie refait son apparition au bras de Phil...
Woody Allen nous donne à voir l'Amérique des années 30, où les milieux s'opposent : à New-York, les émigrés parviennent à survivre par des petits boulots, la maffia contrôle l'argent, alors que la Californie brille par son faste, ses mondanités. La reconstitution de l'époque est remarquable, que ce soit par les décors, les costumes, les situations; il y a un plaisir esthétique à voir évoluer les personnages dans ces demeures de rêve où rien n'est laissé au hasard ; le jeu des lumières, la bande son très jazzy, ajoutent de la sensualité à cet univers de représentation. D'un autre côté, il y a beaucoup de réalisme dans la peinture de la famille juive type que le cinéaste connaît bien.
Et puis, au-delà de la légèreté apparente du scénario, on est interpellé par les questions récurrentes des films précédents sur nos choix de vie, sur les possibles que l'on a ratés, sur la religion, la mort.
L'acteur principal, Jessie Eisemberg, porte son personnage à merveille; comment ne pas imaginer Woody jeune sous ses traits et sa gaucherie?Kristen Syewart lui donne la réplique avec justesse et féminité.
Un film nostalgique et élégant, à voir sans hésiter!

Café society
Café society
Café society

Published by Ritournelle - - Cinéma

commentaires

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog