Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

Dans les forêts de Sibérie - Sylvain Tesson

Le film de Safy Nebbou m'a tout de suite incitée à parcourir le livre de Sylvain Tesson qui relate sa fabuleuse expérience de vie six mois seul dans une cabane au bord du lac Baïkal.
Désir de se trouver soi-même, de savoir si l'on peut se supporter sans la présence de l'autre, dans une nature sauvage, hostile, sous des températures proches de -30°. Comme compagnons de séjour indispensables, les livres, et puis d'autres nourritures plus matérielles : la vodka, les cigares , quelques vivres et tout un équipement pour lutter contre le froid, du matériel pour la montagne, la forêt...
Ce que le film montre admirablement, c'est la démesure de la nature, la beauté des paysages, les sensations ressenties face au lever et coucher du soleil, l'âpreté du climat, mais aussi le bien-être à l'intérieur de ce refuge où le temps s'écoule lentement, où l'on est obligé de s'attarder sur ce que l'on ignore en ville, où l'on devient un élément à part entière de la nature que l'on découvre et respecte. Le livre apporte plus de matière, et c'est normal, il aurait été très ambitieux de vouloir rapporter toutes les réflexions de l'auteur, statique dans son refuge, sans faire un film ennuyeux. A partir des différentes lectures qui occupent ses soirées et des quelques visites d'autochtones qu'il reçoit, Sylvain Tesson nous livre un constat sur le monde d'aujourd'hui où la mondialisation a fait du mauvais goût le "dénominateur commun de l'humanité", sur la solitude, une "conquête indispensable à la jouissance des choses", sur la différence entre les écologistes et les ermites, qu'il compare aussi aux mystiques : les uns prônent la décroissance, les autres se débarrassent des objets ainsi que de leurs semblables . Ce privilège de goûter la solitude , le silence, lui semble un luxe que les générations futures obtiendront avec difficulté.
Le sentiment de liberté vient du fait que l'organisation du temps n'est pas structurée. L'ennui en découlerait-il ? Sylvain Tesson affirme "qu'il y a morsure plus douloureuse : le chagrin de ne pas partager avec un être aimé la beauté des moments."
Outre l'intérêt suscité par les différentes pensées de l'auteur , il y a la maîtrise d'un style qui met en valeur la poésie du lieu, la jubilation de celui qui est conscient d'avoir poussé ses limites pour atteindre la paix intérieure :

"Ce matin l'aube a encore tenu sa promesse : le soleil est apparu, ponctuel, et le ciel est devenu plafond d'opérette..."

"Ce qui donne un sens à notre comportement à l'égard de la vie est la fidélité à un certain instant et notre effort pour éterniser cet instant." Mishima

"J'ai contemplé le poème des montagnes et bu du thé pendant que le lac rosissait... J'ai respiré l'haleine de la forêt et suivi l'arc de la lune...Une femme m'a dit adieu mais des papillons se sont posés sur moi..."

Ce livre dense, sincère, touchant, plein d'humour et de poésie est à recommander absolument en toute saison, même sur la plage actuellement!

Published by Ritournelle - - Littérature

commentaires

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog