Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

Moi, Daniel Blake

Ken Loach, à 80 ans, est toujours le cinéaste engagé de ses débuts. Dans ce film, sa cible est l’État, dont la politique de prestations sociales en faveur des plus démunis, est aberrante .
Le personnage principal, Daniel Blake, est en congé maladie suite à des problèmes cardiaques. Pour percevoir des indemnités, l’administration l’oblige à se mettre en recherche d’emploi, chose que son médecin lui  a interdite, Lors de ses nombreuses visites au pôle emploi, il croise une jeune mère célibataire, Katie, accompagnée de ses deux enfants. Lasse d’être hébergée en foyer d’accueil, elle est obligée de s’éloigner de Londres, d’accepter un logement social pour tenter un nouveau départ.
Daniel offre son aide à la jeune femme en faisant quelques petits travaux dans l’appartement,et en gardant les enfants pendant qu’elle tente de trouver un travail . Tous deux connaissent des moments de découragement mais ne baissent jamais totalement les bras. Pourtant, la machine administration ne montre aucune humanité envers les laissés- pour- compte dont elle exige des formalités sans fin, qui plus est, en utilisant l’outil numérique, loin d’être à leur portée. Au final, la soi-disant aide se transforme en exclusion.
Comme toujours soucieux de dénoncer l’injustice, Ken Loach nous met face à la réalité sans fard d’une Angleterre soumise aux lois du capital par ses dirigeants, dans une époque où être vrai et humble n’incite pas à convaincre pour trouver un travail, où la surenchère dans le mensonge et la surévaluation de soi s’avère payante. Pas de happy end, un constat sombre sur une actualité qui ne laisse pas de place à l’espoir.
Les acteurs non professionnels sont très justes dans leurs rôles. Est à noter particulièrement la prestation de Dave Johns qui nous émeut par sa sincérité, cette douceur qui émane de son visage, son incapacité à se montrer aussi brutal que les fonctionnaires qui le reçoivent, à supporter une situation kafkaïenne inconcevable.
Palme d’or à Cannes , ce fim bouleversant devrait faire réfléchir ceux qui dirigent nos états en oubliant que tout être humain a droit à sa dignité.
A voir sans hésitation!

 

Moi, Daniel Blake
Moi, Daniel Blake
Moi, Daniel Blake

Published by Ritournelle - - Cinéma

commentaires

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog