Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

Invitée par la médiathèque de Biarritz samedi dernier, cette écrivaine de talent a abordé, avec autant de facilité à l'oral qu'à l'écrit, sa conception de l'écriture, liée aux influences multiples du passé, de l'histoire familiale, des premières lectures, et à tout ce que sa passion pour l'image, à travers la photographie et le cinéma, apporte à la construction du récit. Un moment riche d'échange d'une femme de culture , captivante, qui nous entraîne dans les méandres de son imaginaire et de ses émotions.
Son dernier roman, La source, met en scène une professeur de sociologie qui vient rechercher, dans les archives d'un village de Franche-Comté, des informations devant servir de base à un travail pour ses étudiants. Elle trouve un hébergement chez une vieille dame, Lottie, qui occupe seule une grande maison près de la rivière. Cette maison est la propriété d'une famille de notables, les Ardenne, qui ont acheté Lottie adolescente, à sa famille misérable, pour s'occuper de leur petite dernière, Anaïs. Car cette jeune fille a le pouvoir de calmer le bébé en lui introduisant son index dans la bouche; ce n'est pas son seul don, elle sait trouver dans la nature les plantes pour guérir les maladies, apaiser toute sorte de souffrance. Elle entreprend de raconter à cette professeur sa vie au service de cette famille, d'en dérouler l'histoire comme si elle en était l'un des membres; c'est une vraie conteuse qui retrace le passé avec ses souvenirs , mais aussi avec son imaginaire lorsque certains détails lui font défaut, de façon à habiller la réalité d'un voile de mystère propre à susciter la curiosité de son interlocutrice.
On navigue entre passé et présent avec cette rencontre qui n'est pas vraiment le fait du hasard. En effet, la narratrice se souvient d'être venue dans ce village pendant son enfance, et même d'avoir fait une brève halte dans la maison des Ardenne qui a provoqué une vive émotion chez son père. Retracer l'histoire des Ardenne, c'est aussi éclairer des pans de la sienne.
Avec une langue magnifique, des phrases très longues qui emmènent le lecteur dans des zones opaques, secrètes, avant de reprendre le fil de la narration, Anne-Marie Garat use de sa plume comme d'une caméra en s'attardant sur certains détails, notamment la boule de neige servant de fil conducteur, des gestes du quotidien de la vie à la campagne, ou fait de longs travellings sur des paysages français ou canadiens ; elle brode, elle tisse, en mêlant sonorités et parfums , elle tricote mots et images dans un foisonnement de sensations, pour notre plus grand plaisir. Et l'on traverse le temps, la grande Histoire, celle de destins familiaux sur tout un siècle.
Un roman qui est aussi conte et poésie, nous interpelle sur l'importance de la narration, sur la transmission des histoires et nous donne envie de parcourir tous les écrits de l'une de nos plus grandes écrivaines contemporaines, au talent si singulier.
 

Published by Ritournelle - - Littérature

commentaires

cathy 06/03/2017 12:31

Merci je note...je suis en train de lire "le livre des
Baltimore" de Joël Dicker..histoire d'une famille.
J'aime ce jeune écrivain...son premier livre.."la vérité sur l'affaire Harry Quebert" m'avait beaucoup plu..
Bonne journée et bonne semaine pour votre expo..
ici c'est pluie ininterrompue...

Ritournelle 06/03/2017 21:46

Le style d'Anne-Marie Garat peut en dérouter certains tellement il est foisonnant, pour l'apprécier pleinement il faut prendre du temps, et ça vaut la peine! Ai lu l'affaire Harry Quebert de Dicker mais pas l'autre. Bonne lecture!

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog