Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

 

 

Timothy Brook est un éminent sinologue d'origine canadienne qui enseigne à l'université de Vancouver. Après avoir avoir écrit une Histoire de la Chine impériale, il a eu envie de nous éclairer sur les similitudes entre le XVIIè siècle et notre époque. Pour cela, il a utilisé comme point de départ l'un des souvenirs enchantés de son adolescence, qui l'a mené à découvrir la ville de Delft. Suite à un accident de vélo, il a été recueilli après sa chute par une vieille dame qui l'a initié aux trésors architecturaux et artistiques de la ville , parmi lesquels figurent les tableaux de Vermeer.
Ce qui nous est parvenu de l'oeuvre du peintre se résume à trente-cinq tableaux et c'est parmi ceux-ci que Peter Brook a puisé pour aborder le XVIIè siècle, en s'attachant à certains détails de chacun.


Le premier tableau, intitulé La vue de Delft, est l'un des rares paysages du peintre. On sait qu'il a donné la priorité aux scènes d'intérieur reflétant une atmosphère tranquille, loin du tumulte du port, très actif à cette époque. Ce qu'il faut remarquer sur cette toile, ce sont les bateaux, des harenguiers qui figurent au premier plan. Ils sont la preuve que ce siècle a connu lui aussi un bouleversement climatique, contraire au nôtre, puisque le refroidissement a fait descendre les harengs vers des mers plus tempérées, de la Norvège vers les Pays-Bas. Grâce à cette pêche, les Hollandais ont pu se lancer dans des opérations commerciales d'envergure de par le monde. Les bâtiments que l'on aperçoit au fond du tableau sont ceux de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales créée pour envisager des échanges avec l'Asie. C'est le début de la mondialisation, autre point commun avec aujourd'hui.

Le second tableau , L'officier et la jeune fille riant, propose une scène de séduction entre un militaire, très bien vêtu , coiffé d'un chapeau en poil de castor, et une jeune fille apparemment sous son charme. Deux éléments retiennent notre attention : le chapeau et la carte sur le mur du fond.
Ils sont la preuve d'un commerce très recherché en Amérique du nord, celui des castors. Samuel Champlain a profité de ce commerce pour se lancer dans des expéditions destinées à atteindre la Chine par le Canada, mais il n'y est jamais parvenu.

Avec La liseuse à la fenêtre, on entre directement dans le monde du commerce avec le tapis turc au premier plan et la jatte de fruits en porcelaine chinoise. Il était de bon goût d'avoir chez soi de la vaisselle chinoise et nombreux sont les européens qui ont tenté de l'imiter, mais sans succès,à cause de la mauvaise qualité de l'argile, ainsi que de l'émail. D'où l'importance de ce commerce.


Le géographe témoigne de la nécessité d'établir des cartes pour voyager dans des conditions plus sûres. Le compas magnétique, invention chinoise, marque l'époque, pourtant les Chinois ne sont pas de grands voyageurs, ils préfèrent laisser venir les Européens à eux, plus curieux de découvrir et comprendre le monde.

La femme à la balance ou La peseuse d'or fait référence selon T.Brook à l'exploitation des mines en Amérique du Sud, à toutes les transactions commerciales de l'époque. D'autres y ont vu une allégorie de la tempérance, avec cette jeune bourgeoise pesant ses bijoux, près d'une toile représentant le Jugement dernier .

A ces cinq tableaux, l'auteur a rajouté : - Les joueurs de cartes de Van der Burch, un contemporain de Vermeer, qui nous renseigne également sur l'importance des voyages et du commerce avec ce jeune serviteur noir, employé certainement comme esclave.


- Une faïence du musée de Delft, sur laquelle on devine au premier plan sur la gauche, un homme en train de fumer, l'occasion pour T.Brook de nous renseigner davantage sur cette pratique représentée en Europe dans la deuxième moitié du XVIè siècle et seulement au XVIIè en Chine grâce aux échanges.

 

Cet essai extrêmement dense nous remémore une période historique de premier plan, le Siècle d'Or, pendant laquelle le commerce, les échanges, les voyages ont pris une importance considérable, permettant aux hommes d'approfondir leurs connaissances scientifiques, de mieux appréhender le monde en développant les relations humaines et en donnant aux artistes l'opportunité de traduire l'évolution de leur temps. Avec parfois des accents de récit épique auxquels s'ajoute une lecture subtile des oeuvres d'art, Timothy Brook nous instruit, nous passionne, en nous faisant percevoir le sens et la beauté de ces toiles qui font "l'éloge du quotidien".
A avoir dans sa bibliothèque !



 

Published by Ritournelle - - Littérature

commentaires

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog