Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Ritournelle
Le blog de Ritournelle
Menu
Le poirier sauvage

Le poirier sauvage

 

"Il est essentiel que tout être humain puisse prendre le risque de sortir de son refuge pour se mêler aux autres. S'il s'en éloigne trop, il peut perdre petit à petit sa propre centralité, son identité. Mais si la peur d’en sortir est trop grande, alors il recule et se renferme sur lui-même, arrêtant ainsi de grandir et d'évoluer. Et s'il sent qu'il porte en lui une différence, essentielle pour lui mais qui ne peut être acceptée socialement, sa force de volonté va alors s'émousser sur le plan moral. Il devient donc difficile pour lui de donner un sens aux contradictions de sa vie, qui elle-même lui est devenue étrangère. Il commence à être tiraillé entre l'incapacité de donner une forme créative à ces contradictions et l'impossibilité de les rejeter.

 Nuri Bilge Ceylan résume ainsi le thème de son dernier film; on peut y ajouter l'importance de la transmission inconsciente d'un père à son fils, un héritage qui se fait à leur insu et qui porte la marque du destin.
Tourné en Anatolie comme le magnifique Winter sleep, ce film , inspiré de personnages réels, raconte l'histoire de Sinan, un jeune homme qui se prépare à être instituteur, comme son père. La littérature est sa passion depuis toujours; il vient d'écrire une sorte d'essai-fiction sur sa terre natale qu'il voudrait faire éditer. Malheureusement, sa nature timide ne l'aide pas à trouver des financements. N'ayant pas suffisamment préparé le concours, il échoue, ne pourra donc pas enseigner . Avant de partir au service militaire, il se fait prêter la somme nécessaire pour publier quelques exemplaires du livre qu'il confie à un libraire.
Dans cette famille, l'argent manque cruellement car Idris, le père, mise sa paye au jeu; la mère doit emprunter régulièrement et faire du baby-sitting pour assurer les besoins du quotidien.
Idris est un personnage hors norme dans le village : bien qu'enseignant, il ne suscite pas le respect par son comportement étrange; c'est un amoureux de la terre qui célèbre ses couleurs, ses odeurs, attend la retraite pour vivre dans une vieille ferme où il creuse vainement un puits dans l'espoir de trouver l'eau nécessaire aux cultures. Sa différence est semblable à celle du poirier sauvage qui pousse seul et tordu  sur des terres arides. Quand les paysans en trouvent un , ils le greffent pour qu'il devienne normal.
Lorsque Sinan revient de l'armée, il se rend compte que seul son père a lu son livre...
Malgré quelques longueurs, ce récit d'apprentissage nous entraîne dans les doutes et les questionnements d'un personnage qui tente de devenir lui-même en dépit des perspectives limitées de succès.  Ses difficultés sont aussi celles d'un pays qui se heurte à l'obscurantisme religieux. Et même son ancienne camarade de lycée qu'il aperçoit dans un champ baigné de soleil doit se résigner à épouser un homme qu'elle n'aime pas, ses illusions de jeunesse s'étant enfuies face à la réalité de sa condition de femme.
La caméra filme habilement les états d'âme de Sinan auxquels s'accordent les couleurs du paysage. Entre rêve et réalité, le scénario cerne au plus près la psychologie des personnages dont les dialogues sont très denses.
Si Winter sleep impressionne par sa qualité esthétique, Le poirier sauvage possède un impact plus universel quant à sa thématique qui peut susciter de nombreuses réflexions.
Nuri Bligce Ceylan n'en finit pas de nous surprendre.

Le poirier sauvage
Le poirier sauvage
Le poirier sauvage
Le poirier sauvage