Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Ritournelle
Le blog de Ritournelle
Menu
Rêver debout - Lydie Salvayre

Rêver debout - Lydie Salvayre

Après son prix Goncourt Pas pleurer mettant en scène sa mère dans le contexte de la guerre civile espagnole, Lydie Salvayre revient d'une certaine façon sur ses origines avec l'écriture de ces quinze lettres adressées à Miguel de Cervantes, l'auteur du chef d'oeuvre de la littérature mondialement connu : L'Ingénieux hidalgo don Quichotte de la Manche.
Le ton est dans un premier temps celui du reproche vis-à-vis de Cervantes qui ne laisse rien passer à son héros, se moque de son entreprise insensée : “Souhaitez-vous donc, Monsieur, que nous abandonnions tout ce qui a toujours tenu les femmes et les hommes debout, le goût du rêve, le goût du risque et la soif de choses nouvelles quel que soit le nom qu’on lui donne ?”. L'écrivaine veut réhabiliter ce personnage hors du commun, démontrer que derrière le ridicule de ses actes, ses valeurs humaines de courage, de générosité et d'utopie sincère sont plus que louables.
Don Quichotte est un rebelle, "un anar jusqu'à la moëlle", poussé par une volonté altruiste que rien n'ébranle. Il rêve de justice, d'harmonie entre les hommes, quelles que soient leurs origines,
d'une égalité entre les hommes, une égalité non pas, évidemment, telle qu'elle s'écrit aujourd'hui dans nos textes de loi, mais au sens d'une harmonie, d'un équilibre, d'une entente”. Il souhaite plus de fraternité, de justice, moins de mépris social, d'individualisme.
Don Quichotte est un héros solitaire, comme doit l'être aussi le poète; il ne se sent exister qu'en luttant, mais il ne se venge pas, c'est un grand utopiste, et surtout un féministe avant l'heure.
Il s'insurge contre le pouvoir religieux qui censure les livres, et, en ce sens, il se fait le porte-parole de Cervantes, car la monarchie catholique dénigrait son roman qui prêtait à rire. Comment ne pas y voir une analogie aujourd'hui avec la condamnation de Charlie Hebdo?
Autre parallèle avec le monde d'aujourd'hui : le pouvoir de l'église et de la royauté s'est transformé maintenant en celui de l'argent. Mais si Don Quichotte méprise l'argent, il a le sens de l'honneur; il est pauvre, mais libre.
Avec Sancho Panza, son fidèle acolyte qui tente de le ramener à la raison, le tempère, le protège, ils forment un couple qui illustre les deux penchants de l'être humain sans cesse partagé entre rêve et réalité. L'un ne pourrait exister sans l'autre.
Don Quichotte, le chevalier errant , défenseur des opprimés, à la fois victime de la laideur de son siècle et idéaliste impuissant, modèle de révolte et d'obstination, est pourtant désillusionné de ne pouvoir changer le monde simplement par sa volonté.

Tour à tour caustique, drôle et admirative, Lydie Salvayre remercie Cervantes d'avoir donné à la littérature son premier roman moderne au sens où il s'intéresse au sort des plus humbles, comme le fera plus tard Faulkner, son écrivain favori : « Ecrire, c’est comme craquer une allumette au coeur de la nuit en pleine forêt. Ce que vous comprenez alors, c’est combien il y a d’obscurité partout. La littérature ne sert pas à mieux voir. Elle sert seulement à mesurer l’épaisseur de l’ombre. »
Roman universel, porté par un héros libre et intègre, qui forme avec Sancho un duo repris de nombreuses fois dans la littérature et au cinéma.

« Le fait est que ces misérables – je parle des galériens qui ont tabassé DQ pour se venger de leur faiblesse – reproduisent ainsi, sans en être conscients le rapport e domination inscrit au plus profond d’eux-mêmes et dont ils sont cependant les victimes,,,
",,,,L’on voit en effet chaque jour les populations les plus démunies apporter leur soutien à des pouvoirs autoritaires qui, en les inondant de fables démagogiques et de discours conçus pour attiser les peurs, les abusent à leur propre avantage et les amène à réclamer ce qui les subordonne et les chosifie. »

Un texte qui porte un regard juste et éclairé sur une oeuvre intemporelle dont les résonances sont nombreuses dans notre monde actuel. Un régal de lecture!