Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>

         montage au fil de l'eau

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Heureux chocolat, qui après avoir couru le monde,

à travers le sourire des femmes,

trouve la mort dans un baiser savoureux et fondant dans leur bouche

                                    A. Brillat-Savarin

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Citations

             a pranzo

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

 

japon

Olivier Adam est l'auteur de la mélancolie, de l'absence, du deuil, du lien familial ; ici son personnage principal , Sarah, qui ne se reconnaît plus dans la vie qu'elle mène, sombre dans la dépression à la mort de son frère qu'elle a profondément aimé ; une fin tragique dans un accident que l'on pourrait interpréter comme un suicide car Nathan a toujours été un être fragile, traînant avec lui un mal-être que les moments de complicité avec ses proches ne suffisaient pas à effacer; en perpétuelle demande affective, inadapté dans la société, il avait quitté la vie professionnelle pour se consacrer à l'écriture. Sarah, elle, vit dans un univers bien réglé, elle s'ennuie auprès d'un mari trop "parfait"qui a pour univers le travail; ses deux enfants, devenus adolescents, se sont éloignés d'elle. Aux obsèques de son frère, elle remarque une jeune femme, celle qu'il aimait et dont elle va avoir un enfant. Nathan avait pour projet de partir vivre au Japon avec eux , pays d'où il revenait après un séjour bienfaiteur. Dans le souci de retrouver les traces de son frère, de percevoir ce qu'il y avait puisé, Sarah quitte mari et enfants pour le Japon; là elle se lie avec Natsume, un policier en retraite qui sauve les âmes en détresse en les hébergeant chez lui; sa philosophie bouddhiste l'apaise, l'aide à faire le bilan de sa vie : une vie sans désir dont il faut changer les habitudes, mais pas les rêves.

Il y a dans ce roman de très belles descriptions de la nature japonaise en accord avec les sentiments des personnages : violente et abrupte pour le désespoir, douce et apaisante pour l'apprentissage de la sérénité:


"Parfois je me dis que je suis devenue la cliente idéale pour une secte, quiconque me promettrait le repos, la paix intérieure me verrait rappliquer et lui baiser les mains de gratitude.Je poursuis jusqu'aux sables gris, la mer absorbe toute la lumière, se déploie lisse et brillante, sereine et san blessure. J'aimerais tant me fondre en elle, la laisser couler en moi, j'aimerais en être capable,sentir en moi le sang ralentir et battre sans accroc. Je pense aux forêts, aux rivières, au temple, à ses jardins imperturbables, à son vieux pin, à son camphrier frissonnant à la moindre brise, je pense à la lumière dans les branches, à la transparence de l'eau ruisselant sur mes poignets, à la douceur de la mousse au pied des arbres, couvrant leurs racines brunes, au balancement des fougères. Je pense à tout cela,je respire le plus longtemps possible, tout est là, disponible, lent, lumineux, offert et sans contrainte, à portée de main, mais rien ne s'apaise jamais vraiment. Quelquechose résiste en moi encore.Un bouillonnement. Des nerfs. Oh je voudrais être à la hauteur, je voudrais tant me laisser transpercer. Et respirer enfin."

 

"Personne n'a envie de mourir. Tout le monde veut vivre. Seulement, à certaines périodes de votre vie, ça devient juste impossible."

Si vous aimez l'univers d'Olivier Adam, un univers qui n'est jamais entièrement sombre, n'hésitez pas...

 

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

       patrimoine 002

                  patrimoine 001

                                                     Et bien sûr, on le retrouve aussi dans la croix basque....

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

                                               boé 011

                            Mais oui, il y a bien un monsieur caché dans l'habitacle de cette superbe auto à pédales!

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

lettre

Le dernier Nothomb a pour thème un échange épistolaire entre l'auteur et un GI basé à Bagdad. A priori, l'idée peut surprendre, mais elle est née lors d'un récent voyage d'Amélie aux Etats-Unis où elle a remarqué que beaucoup de soldats revenus d'Irak étaient obèses. Quand on sait que la boulimie est un thème récurrent dans ses livres et qu'elle répond encore personnellemnt à son courrier, il n'y a là plus rien d'étonnant...
Pour supporter les horreurs de la guerre, la nourriture devient le recours de celui qui s'est enrôlé dans l'armée par nécessité; c'est aussi une façon de dénoncer cette absurdité qui conduit les hommes à avoir honte d'eux-mêmes.
Devant le grand désarroi du soldat, l'écrivain lui propose de transformer son addiction en oeuvre d'art, ce qui peut être pour lui une forme de reconnaissance, tout en donnant un sens à son existence. Elle se trouve alors prise au piège de la limite des relations humaines.
Il y a dans ce roman des réflexions intéressantes sur l'échange épistolaire, les relations humaines, l'écriture, les rapports de l'écrivain avec ses lecteurs. C'est toute la personnalité d'Amélie qui affleure à travers les mots : son naturel, sa générosité, son humour et bien sûr son originalité.
Un très agréable moment de lecture.
"Je suis cet être poreux à qui les gens font jouer un rôle écrasant dans leur vie. Nous avons tous une dimension narcissique et il serait plaisant de m'expliquer ces phénomènes récurrents par ce qu'il y a en moi d'extraordinaire, mais rien n'est plus extraordinaire en moi que cette malheureuse porosité dont je soupçonne les ravages. les gens sentent que je suis le terreau idéal pour leurs plantations secrètes."

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

         danse

 

         J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre, des chaînes d'or d'étoile à étoile et je danse.

                                                                                   Arthur Rimbaud

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

           boé 001b

            

            Si tu as une pomme, que j'ai une pomme, et que l'on échange nos pommes, nous aurons chacun une pomme. Mais si tu as une idée, que j'ai une idée et que l'on échange nos idées,nous aurons chacun deux idées.
                                                              George Bernard Shaw

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

 

des hommes4

Prix du jury au festival de Cannes, ce film retrace un fait divers des années 90 au cours duquel 7 membres d'une communauté de moines ont été assassinés à Tibéhirine, dans le Maghreb. Xavier Beauvois retrace les derniers mois de ces moines vivant en bonne intelligence avec la population musulmane; l'inquiètude s'installe lorsqu'éclatent des affrontements entre le gouvernement et le GIA ; la violence sème l'effroi parmi la population; des étrangers sont pris en otages et massacrés; se pose alors la question pour ces hommes de savoir quoi faire : partir ou rester au service des démunis qui les ont parfaitement intégrés . Le doute est dans l'esprit de certains, mais progressivement , malgré la peur, il fait place à la volonté de remplir jusqu'au bout une mission, d'assumer un choix librement , choix qui les conduira à la tragédie finale. C'est avec beaucoup de sobriété que Xavier Beauvois évoque le quotidien de ces moines, leurs rapports avec la poulation; les dernières scènes au cours desquelles se profile l'inexorable destin sont vraiment magnifiques ...
Cette fin demeure non élucidée; le sera-t-elle un jour?Le film ne porte pas de jugement politique ni religieux sur cette affaire; il est servi par de grands acteurs qui nous donnent à réfléchir sur les pans d'ombre et de lumière de l'homme.

 

     des hommes3

 

des hommes1

 

des hommes

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog