Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>

ocean 4313

                                                                     

                                                     Au bord des mers quand on sommeille,

                                                                                tout caresse et berce l'oreille ;

c'est le bruit du vent sur les flots ;

c'est le bruit des flots sur les grèves ;

on entend, à travers ses rêves,

les chants lointains des matelots.

V.Hugo

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Stael

                                                                                   Huile sur toile
                                                                    Etude d'après Nicolas de Staël

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

hossegor 008

                                                 ... Quand j'étais jeune et fier et que j'ouvrais mes ailes,
                                                      Les ailes de mon âme à tous les vents des mers, 
                                                      Les voiles emportaient ma pensée avec elles,
                                                      Et mes rêves flottaient sur tous les flots amers...
                                                                                      Lamartine

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

"Avec tout ce que je sais, on pourrait faire un livre...il est vrai qu'avec tout ce que je ne sais pas, on pourrait faire une bibliothèque."    

                             Sacha Guitry                                                   

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Citations

hossegor 005 b

       

                                                            hossegor 007b

                                   hossegor 007 a

   "Le vert absolu est la couleur la plus calme qui soit. Elle n'est le siège d'aucun mouvement. Elle ne s'accompagne ni de joie, ni de tristesse, ni de passion. Cette immobilité est une qualité précieuse et son action est bienfaisante sur les hommes et sur les âmes qui aspirent au repos. Le vert est la couleur dominante de l'été, le temps de l'année où la nature, ayant triomphé du printemps et de ses tempêtes, baigne dans un reposant contentement de soi."

Vassily Kandinsky

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

edward-hopper[1]

"Au commencement, il y a cette peinture d'Edward Hopper qu'on peut voir à Chicago. J'ai dû l'apercevoir à plusieurs reprises avant de m'en procurer une reproduction, un dimanche d'ennui. Un soir, sans intention particulière, j'ai observé la femme en robe rouge de la peinture, assise au comptoir d'un café nommé Phillies, entourée de trois hommes. Alors, ça s'est imposé à moi, sans que j'aie rien cherché. J'ai eu l'envie impérieuse de raconter l'histoire de cette femme et des trois hommes autour d'elle, et d'un café de Cape Cod."
Philippe Besson a choisi une démarche intéressante et difficile, celle qui consiste à imaginer une trame d'histoire possible à partir d'éléments donnés par un peintre. Hopper est le peintre américain des scènes urbaines dont les personnages expriment souvent une certaine solitude. L'écrivain plante le décor :  il y a Ben, le serveur du bar qui connaît tous les clients, Louise, une auteure de théâtre renommée qui attend son amant Norman; lasse de ses fausses promesses, elle lui a demandé  de choisir entre sa femme et elle; à côté de Louise, c'est Stephen, un avocat avec qui elle a vécu pendant cinq ans et qui l'a quittée pour une autre femme dont il est entrain de se séparer. Retrouvailles douloureuses pour Louise qui a vécu une folle passion avec cet homme et l'on sent au fil des pages que pour elle , le destin se répète: après Stephen, c'est Norman qui va disparaître...
La proximité de Stephen ranime les blessures d'autrefois mais peu à peu, la froideur initiale s'estompe, la carapace de protection cédant avec l'intimité retrouvée : il faut du temps pour la créer, l'oublier et ensuite la recréer:
"Les intimités les plus violentes demandent à être apprivoisées à nouveau dès lors qu'elles ont été quittées".
C'est ce cheminement intérieur que Philippe Besson traduit remarquablement ; les mots ont peu d'importance, ce sont surtout les gestes et les états d'âme qui comptent et transportent le lecteur comme  s'il était en face d'un tableau.
Chaque personnage attend fébrilement l'issue de la rencontre et le titre est significatif de l'atmosphère qui règne dans ce bar : sensualité, mélancolie mais aussi espoir...
Ce roman m'a beaucoup touchée par sa délicatesse, par le talent de Philippe Besson qui fait avancer l'intrigue par petites touches comme un peintre soucieux de la justesse de ses coups de pinceaux, en sachant traduire cette intériorité que suggère Hopper dans ses oeuvres.

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

  jardin b

                                               

Roses, jasmins, iris, lilas, volubilis,
Cerisiers du Japon et jeunes arbousiers,
Colorant le matin de leurs chants printaniers
Adornent mon jardin de vivants ex libris.

Abeilles et frelons s’y disputant les lys,
Piétinent les pistils sans aucune pitié,
Alors que, s’échappant des pages d’un herbier,
Un papillon de nuit dévore un myosotis.

Solitaire et pensif, un arôme somnole
Sous le dais argenté d’un antique olivier,
Dont l’ombre de satin imite l’Acropole.

Dans mon jardin aussi, le soleil a planté
Une pure fontaine, comme un encrier,
Où je plonge ma plume et bois l’éternité.

Francis Etienne Sicard

    

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Bordeaux 056 b

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

la nostra

Daniele Luccheti nous offre un panorama de l'Italie contemporaine à travers le prisme du milieu ouvrier. Claudio est chef de chantier, il est jeune, dynamique, heureux avec sa femme et sa petite famille sur le point de s'agrandir. Mais un événement dramatique va bouleverser cet équilibre parfait, la mort de sa femme alors qu'elle accouche d'un troisième garçon. Claudio va alors essayer de s'en sortir à tous les niveaux: il cherche à faire de l'argent en prenant sous sa responsabilité la construction d'un immeuble, confie ses enfants  à sa famille puis le bébé à une ex-prostituée....Beaucoup de situations pénibles à gérer qui ne parviennent pas à entamer son moral car il n'a pas le choix. La magouille fait quelque fois partie du jeu mais la solidarité aussi...
Ce film aborde le monde du travail aujourd'hui en Italie avec les problèmes d'immigration, les compromissions avec la mafia, mais il donne aussi à voir ce tempérament typiquement italien fait de sensibilité et d'humour, qui repose sur le pilier de la famille, valeur encore essentielle actuellement.
Elio Germano est remarquable dans le rôle de Claudio, il sait nous faire partager tous les états d'âme du personnage dont la vitalité est époustouflante et  a bien mérité le prix d'interprétation masculine au dernier festival de Cannes.
Un film juste et tonique qu'il ne faut pas manquer car il possède les ingrédients des grandes comédies italiennes...

la nostra1

         la nostra2

         la nostra3

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

Bordeaux 043

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog