Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>

surf 027

       surf 030

 surf 033

surf 036

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

biarritz 036

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Venise rues1

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Durant une visite dans un hôpital psychiatrique, un visiteur demande au directeur sur quel critère on se base pour déterminer si un patient doit être interné :

"Eh bien nous remplisssons une baignoire d'eau, puis nous offrons une cuillère, une tasse ou un seau au patient en lui demandant de vider la baignoire".

"."Ah je comprends, fait le visiteur, une personne normale choisira évidemment le seau parce qu'il est plus gros que la cuillère ou la tasse!"
"Non, répond le directeur, une personne normale retirerait le bouchon de la baignoire. Désirez-vous une chambre avec vue?"

 

...Et vous, avez-vous besoin d'une chambre?

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Humour

ilbarritz 003

 

ilbarritz 008

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

ilbarritz 002

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

automne 031

                                                                                             Huile sur toile

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Mes peintures

Enfants 5380

Tu seras un homme mon fils

 

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tous jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

biarritz 026b

 

montage bi

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

19783842 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20110722 061210 On a adoré Caramel,  film qui a fait connaître la libanaise Nadine Labaki, gai et sensuel mais abordant avec délicatesse la condition des femmes, un film qui met en avant la complicité féminine. Ici,  on retrouve cette même complicité pour traiter d'un sujet grave : la guerre de religion qui partage le pays entre chrétiens et juifs. Sans jamais le nommer, elle situe l'action dans un village en plein désert qui tente de se remettre de la guerre. Les conditions de vie sont dures: pour se ravitailler, il faut traverser un champ de mines, les informations arrivent péniblement par l'intermédiaire d'un poste de télévision bricolé à l'usage de tous les habitants. C'est ainsi que filtrent des nouvelles qui enflamment à nouveau les esprits; la paix est bien fragile et tout incident est prétexte à déchaîner la violence contenue. Les deux communautés s'affrontent, au désespoir des femmes qui inventent des stratagèmes pour en finir avec l'absurdité...
Nadine Labaki exprime à travers ce film l'angoisse que suscite cet éternel conflit religieux dans un monde loin du matérialisme occidental. Elle traite le sujet sans jamais s'enfermer dans le pathos, affirme une fois de plus la force des femmes face à la violence qui reste le seul dialogue des hommes. Les images sont superbes, notamment l'image de fin qui donne son titre au film, où l'on voit toutes ces femmes en noir avancer vers le cimetière, sans savoir de quel côté se diriger car pour elles, l'union est au-delà des clivages religieux...
Un film drôle et émouvant

19772808 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20110705 112424

 

19772811 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20110705 112425 

 

19740317 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20110518 103604

 

19740316 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20110518 103604

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog