Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>
Shades of grey

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Ida

Ida

Il y avait longtemps que le cinéma polonais n'avait pas proposé une oeuvre aussi grandiose que ce film qui a séduit tous les critiques.
Dans les années 60 en Pologne, Ida est une jeune fille de 18 ans n'ayant pour horizon que les murs du couvent où elle vit depuis toujours. Avant de prononcer ses voeux, la mère supérieure l'engage à découvrir ses origines, en faisant la connaissance de la seule personne de sa famille encore en vie, une tante qui vit dans une ville voisine. Ida ne sait pas qu'elle est juive. Dans ce cocon qui l'a préservée de la réalité, elle est loin d'imaginer ce qui l'attend, l'histoire de sa famille étant directement liée au sordide de la grande Histoire, celle de la période nazie. Et cette tante va mettre du temps à s'ouvrir à elle ; le sexe et l'alcool l'éloignent de l'âme pure d'Ida , et si elle porte en elle les traumatismes du passé, elle n'accepte pas davantage le rôle actif qu'elle joue dans la dictature communiste. Elles vont partir toutes deux à la recherche de secrets douloureux, établir une réelle connivence qui mène Ida à goûter à ce à quoi elle veut renoncer, pour être sûre de son choix...
Dans une mise en scène d'une grande sobriété, Pawel Pawlikowski enchaîne une suite de tableaux sublimés par le noir et blanc, conforme à l'opposition des deux personnages, au contexte socio-historique, et à la spiritualité si présente. Le silence, alternant avec la musique de Bach et de Coltrane, nous entraîne dans des réflexions multiples sur les drames collectifs ou plus intimes, dont on ressort troublé.
Un film sublime, puissant, porté par deux admirables actrices.

Ida
Ida
Ida
Ida

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

L'individu ne sait plus qui il est et du coup, il ne cesse de se photographier.

Yves Michaud

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Citations

Sur fond d'azur le voici, comme un personnage de la comédie italienne, avec un rien d'histrionisme saugrenu, poudré comme Pierrot, dans son costume à pois jaunes, le mimosa.
Mais ce n'est pas un arbuste lunaire : plutôt solaire, multisolaire…
Un caractère d'une naïve gloriole, vite découragé.
Chaque grain n'est aucunement lisse, mais formé de poils soyeux, un astre si l'on veut, étoilé au maximum.
Les feuilles ont l'air de grandes plumes, très légères et cependant très accablées d'elles-mêmes ; plus attendrissantes dès lors que d'autres palmes, par là aussi très distinguées. Et pourtant, il ya quelque chose actuellement vulgaire dans l'idée du mimosa ; c'est une fleur qui vient d'être vulgarisée.
… Comme dans tamaris il y a tamis, dans mimosa il y a mima.

Francis Ponge

L'or du mimosa
L'or du mimosa
L'or du mimosa

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

...Une première question se pose : l'idée même d'une amélioration du comportement humain moral n'est-elle pas du domaine de l'utopie? Les psychologies contemporaines et en particulier la psychologie de Freud nous ont appris la présence chez les humains de pulsions si profondément ancrées qu'il est vraisemblablement vain d'espérer les contrôler. Le rôle de la civilisation serait, au mieux, de favoriser les pulsions positives (sympathie, entraide sociale, respect d'autrui) et de freiner les pulsions négatives (cruauté, oppression, vandalisme, instincts guerriers); je voudrais défendre l'idée -éminemment discutable, j'en conviens - qu'il y a eu une amélioration notable du comportement des humains au cours des derniers millénaires. Voici quelques exemples. Nous constatons que les jeux sanglants des cirques romains - où des centaines d'hommes et d'animaux périssaient sur les sables des arènes - ont cessé partout dans le monde. Aujourd'hui, même la corrida est contestée. Les cirques évitent de plus en plus les spectacles d'animaux captifs et maltraités. On tente de faire accepter juridiquement que les animaux sont des "êtres sensibles". L'esclavage a été largement aboli, et quoi que ce ne soit pas généralisé dans tous les pays, le statut des femmes s'est grandement amélioré. Il y a maintenant une réglementation des comportements humains en temps de guerre. Des exceptions déplorables existent toujours, mais elles sont très généralement désapprouvées. des institutions comme Amnesty International, la Croix Rouge et le Croissant Rouge protègent les populations malmenées. A La Haye, une cour pénale internationale juge les auteurs de génocides. Rien de cela n'existait du temps des grands empires antiques : Perse, Egypte, Rome, qui considéraient l'esclavage comme nécessaire et respectable. Même s'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, à l'échelle planétaire, les mentalités ont manifestement évolué.
Dans le cadre de cette discussion, il convient de mettre cette évolution en rapport avec l'activité créatrice des artistes. Tout au long des âges, des oeuvres d'art ont embelli le monde. Rappelons qu'il y a quelques siècles à peine, les oeuvres de Bach, Mozart, Schubert n'existaient pas. par leur activité créatrice, ces musiciens et tant d'autres ont enrichi notre vie en nous procurant des moments de bonheur inconnus de nos lointains ancêtres et qui nous accompagnent tout au long de notre existence. On peut dire la même chose de Michel-Ange, Vermeer, Van Gogh, Gauguin, Renoir...pour n'en citer que quelques-uns!
D'où une seconde question : un monde embelli induit-il une conduite plus morale chez les humains? c'est la question de Dostoïevski dans L'Idiot : "La beauté sauvera-t-elle le monde?". J'ai eu souvent l'occasion d'y réfléchir dans les divers établissements d'enseignement où je suis intervenu, un peu partout dans le monde. Un fait m'a frappé : l'état et la propreté des lieux étaient directement proportionnels à l'esthétique des constructions qui hébergent les étudiants. Comme si la beauté inspirait le respect et motivait les élèves. Beaucoup d'écoles de banlieue en sont de malheureux contre-exemples. Peut-on pour autant conclure que la beauté suffira à sauver le monde? On peut en douter. On raconte que les bourreaux des camps d'extermination nazis allaient, après leur ignoble travail, écouter l'Hymne à la joie de Beethoven.
La situation est bien plus complexe. Pourtant, lentement mais sûrement, l'évolution millénaire de la sensibilité humaine face aux manifestations cruelles des pulsions les plus basiques se poursuit. On peut, il me semble, défendre l'idée que l'art et les artistes ont joué, et jouent encore, un rôle civilisateur d'envergure.
Hubert Reeves - Extrait de l'article La beauté peut-elle sauver le monde - Philosophie magazine n° fév. 2014

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

Cendrillon partie avec un surfeur?

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Les grandes ondes

Si vous avez besoin d'un peu de légèreté, allez voir cette comédie décalée qui traite pourtant d'un événement important des années 70. En 1974, la radio suisse romande envoie 2 journalistes et un technicien faire un reportage sur différents aspects de l'aide économique de la Suisse au Portugal. Voilà nos acolytes partis sur les traces d'une école et d'un ensemble immobilier qui n'a jamais vu le jour et au moment de repartir bredouilles, les voilà immergés, grâce à la présence de leurs confrères belges, dans un imprévu qui va au-delà de leurs espérances: ils vont couvrir la fameuse révolution des oeillets.
La rivalité entre le journaliste baroudeur et sa collègue féministe trouve un apaisement au nom de la liberté, maître mot de l'époque, liberté de penser, de s'émanciper de tous les jougs. Cela donne lieu à des scènes croustillantes où les tabous volent en éclats. Dans l'euphorie générale des divers affrontements, un ballet faisant référence à West side story exprime toute la fraîcheur et le rêve d'une époque.
Le mérite de ce fil de Michel Baier est aussi de mettre en avant un pays dont on parle peu et une révolution dont l'impact a été considérable en Espagne , ainsi que dans les pays de l'Est.

Les grandes ondes
Les grandes ondes
Les grandes ondes

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

Maison avec jardin en bord de mer

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Hélas!

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

"Bâton" ne fait pas allusion aux barreaux des chaises contemporaines, mais à la chaise à porteurs. Les longs bâtons latéraux par lesquels on la soulevait étaient amovibles et soumis à d'incessantes manipulations. En tant que moyen de transport, la chaise menait une vie bien agitée. Mais pourquoi de débauche? Peut-être parce que les porteurs allaient tromper leur attente au cabaret, emportant leurs bâtons pour qu'on ne les leur vole pas.

Dictionnaire des expressions désuètes

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog