Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>

« Ondoyantes glycines

Que j’avais plantées en ce jardin

Pour me souvenir de vous

Quand trop serai nostalgique

Voici qu’elles ont fleuri. »

Yamabe no Akahito

Glycines d'avril
Glycines d'avril
Glycines d'avril
Glycines d'avril

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Voici les perles que Jean-Marie Tétart, maire de Houdan et député des Yvelines a publié sur son site, sélectionnées dans les courriers qui lui ont été adressés. En voici quelques-unes:

« Les ralentisseurs que vous avez mis devant l’école sont trop hauts et ma femme se fait sauter quatre fois par jour. »

« Depuis que vous avez acheté un ordinateur à la mairie y’a plus moyen de trafiquer les papiers comme vous faisiez avant."

« Ça sert à rien de faire des activités pour les vieux puisqu’ils sont inactifs. »

« Mes impôts pour la commune j’aimerai bien les voir dans les trous de la route et pas dans votre poche. »

« Le cimetière est dans un état pas possible et tous ceux qui y habitent pensent comme moi. »

« Si les morts votaient c’est sûr que vous seriez battu à force de vous en foutre du cimetière. »

« Je suis sûr que le maire se touche les dessous de table. »

« A la mairie vous êtes des moins que rien, pour ne pas dire plus. »

« J’ai bien reçu votre bulletin de la mairie et je vous pose la question : c’est avec notre argent que vous écrivez des âneries comme ça ? »

« Le maire est une vraie mafia à lui tout seul. »

« J’ai toujours voté comme il fallait c’est-à-dire pour celui qui a été élu. »

« Le toit de l’église fuit depuis deux ans et la vierge est toujours mouillée. Faites quelque chose pour elle s’il vous plait monsieur le maire. »

« Votre cantonnier, à part discuter le coup avec des verres de vin rouge, il n’a rien d’autre à foutre. »

« Vos promesses de marchand de soupe qui mange à tous les râteliers, j’en ai entendu depuis des centaines d’années. »

« Depuis que vous avez été élu, la cabine téléphonique tombe toujours en panne. »

« A la mairie vous me prenez pour un imbécile parce que je suis pauvre mais les gens riches ne sont pas plus intelligents que moi. Regardez les politiciens. »

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Humour

Les sept noms du peintre - Philippe Le Guillou

Prix Médicis en 1997, ce roman évoque la vie d'un peintre imaginaire de la seconde moitié du XXè siècle. Né en 1940, Eric Sebastian Berg est l'enfant d'un couple qui ne connaît pas l'harmonie. Son père, bel homme, mais trop séducteur et superficiel, ne s'intéresse guère à son fils. Quant à sa mère, cantatrice, elle tisse des liens forts avec son enfant qu'elle voit cependant peu. Au cours de son existence, Eric Sebastian va chercher à combler le manque du père par des figures masculines très différentes les unes des autres. La première est celle de son grand-père qui vit en solitaire dans un fort : il est "son double et son confident " La deuxième figure importante est celle du prieur du collège d'Ettal en Bavière, où il commence ses études. Dans cette atmosphère assez austère, Eric Sebastian découvre le dessin, la peinture, en même temps que l'attrait pour les sociétés secrètes aux rites mystérieux qu'il pratique avec ses camarades. Deux évidences s'imposent alors à lui: il sera peintre et aimera des garçons. C'est d'ailleurs pour cela qu'il devra quitter le collège. Désireux de parfaire son apprentissage de peintre, il rejoint à Anvers l'atelier du maître A.Van Johansen. En peu de temps, il acquiert une parfaite maîtrise du clair-obscur, trouve des modèles en fréquentant les lieux un peu glauques de la ville, compose un chef d'oeuvre qu'il nomme Le tryptique d'Anvers , grâce auquel il gagne le concours de l'atelier. A.Van Johansen exerce un réel pouvoir sur Eric Sebastian, il est son maître dans tous les sens du terme; il le chasse lorsqu'il apprend qu'un français a acheté ce tableau. Avec ce mécène, Eric Sebastian est introduit dans le milieu parisien de l'art, vit d'autres amours, puis il se lasse et part vivre seul en Bretagne, en Irlande. Il puise de plus en plus son inspiration dans son attrait pour la mort et les expériences mystiques, vit des moments très douloureux, lors du décès de sa mère, qui le mènent à la folie, puis il renaît à nouveau sous des pseudonymes variés, d'où le titre du livre...
Philippe Le Guillou nous entraîne avec brio dans le parcours sinueux de ce peintre. Ses origines bretonnes, qui lui ont donné très tôt le goût des légendes celtes et des rites d'initiation, transparaissent dans son personnage. Il y a beaucoup de force dans ce livre, autant dans le thème que dans le style foisonnant et baroque. Je le recommande tout particulièrement à ceux qui s'intéressent à l'art ou le pratiquent : ils trouveront beaucoup de leurs questionnements sur la construction d'une personnalité, intimement liée à celle de la création.

"Longtemps médité ces mots de Spinoza : Moins l'esprit comprend tout en percevant davantage, plus grande est sa puissance de fiction; et plus il comprend, moins grande est cette puissance.
Trois lieux pour comprendre le mystère de la viande humaine:la cellule de moine, la prison, la chambre d'hôpital. Quelquefois l'atelier du peintre.
Heureux les hommes de peu d'oeuvres, ils n'ont pas le temps de s'avouer, de se domestiquer en se répéta
nt."

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

La renoncule fut découverte au XIIIe siècle en Terre Sainte par les premiers Croisés de Saint-Louis (Louis IX). Mais à cette époque en Europe, la fleur passa presque inaperçue, prisée alors plutôt dans les jardins des souverains de l’empire Ottoman. Il faut attendre le XVIIe siècle, où sa seconde introduction via le sultan Mohammed IV fut couronnée de succès.

La renoncule a sorti ses plus beaux jupons
La renoncule a sorti ses plus beaux jupons

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Il ne sait pas ce que le mot vertige veut dire

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Un été à Turin

Un été à Turin

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Mes peintures

Un Français reconduit à la frontière par deux Flamands...

Si les animaux s'y mettent aussi...

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Humour

Pourquoi répète-t-on les mêmes erreurs?

Parce que cette répétition nous procure une jouissance inconsciente. telle est la réponse révolutionnaire apportée par Freud dans Par-delà le principe de plaisir en 1920. C'est dur à entendre, je sais. Mais force est de constater que nous y revenons, à ce qui nous déplaît tant. Nous semblons en effet assez doués pour retrouver cette situation professionnelle humiliante ressemblant comme deux gouttes d'eau à celle dont nous avons déjà souffert, pour revivre le même genre d'impasses sentimentales avec le même genre de personnes. Comme si c'était plus fort que nous. Mais à quoi revenons-nous au juste? Au connu, même si ce connu n'est pas glorieux, même si ce connu nous fait de la peine, même si nous y étouffons. Il faut croire que nous y étouffons d'une manière qui ne nous déplaît pas autant que cela, nous déplaît en tout cas moins que le nouveau, moins que la vie. Là serait la puissance inconsciente : dans ces retrouvailles avec ce "connu" qui rassure malgré tout. On y est comme chez soi au sens pire qui soit. On y rumine sa peur de la vie. C'est quelque chose de cet ordre que suggère Freud lorsqu'il pense la répétition du côté de la pulsion de mort, en l'opposant à la pulsion de vie qui elle, nous ouvrirait à l'inédit, au risque même de vivre. La répétition, c'est la mort qui vient taper au carreau, l'expression de cette part de nous qui aspire à un retour à "avant" la vie organique. Si Freud remettra en cause son idée de "pulsion de mort", il conservera l'idée décisive de jouissance inconsciente. Comment, sans un tel secours, pourrions-nous comprendre cette manière diabolique dont nous répétons les mêmes scénarios d'échec?Serions-nous bêtes à ce point, incapables de tirer la moindre leçon de notre expérience passée?Serions-nous masochistes, irrémédiablement attirés par ce qui nous fait souffrir? Non, nous sommes plus complexes. Nous sommes bêtes et intelligents, puisque, au fond, nous savons très bien ce que nous faisons lorsque nous y "revenons". Nous sommes capables d'éprouver en même temps déplaisir conscient et jouissance inconsciente. Mais nous ne sommes pas pour autant condamnés à la répétition. Il y a des rencontres, des périodes, des occasions au cours desquelles nous éprouvons un tel attrait pour la nouveauté qu'il vient, de lui-même, terrasser cette attirance rivale pour l'éternel retour du même. C'est ce qui indique peut-être la joie : en notre corps cette victoire de la vie sur la peur.
Quand cela n'arrive pas, quand nous n'arrivons ni à travailler ni à aimer sans retomber dans les mêmes schémas névrotiques, il y a la psychanalyse. C'est précisément sa fonction : nous offrir la chance d'essayer de répéter. Découvrir la répétition heureuse des séances pour sortir de la répétition pathologique. Accepter d'entendre la force de ce qui se répète et se libérer par là-même de cette répétition.
Charles Pépin - Philosophie magazine n°mars 2014

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

« Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges. »
Khalil Gilbran
Il est enfin là!

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l'âpre sommet que le couchant allume ;
Au loin, brillante encor par sa barre d'écume,
La mer sans fin commence où la terre finit.

A mes pieds c'est la nuit, le silence. Le nid
Se tait, l'homme est rentré sous le chaume qui fume.
Seul, l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
A la vaste rumeur de l'Océan s'unit.

Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.

L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
Ferme les branches d'or de son rouge éventail.

José Maria de Heredia

L'or de la forêt

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog