Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>

Et de vaisseaux, et de vaisseaux,
Et de voiles, et tant de voiles,
Mes pauvres yeux allez en eaux,
Il en est plus qu’il n’est d’étoiles ;

Et cependant je sais, j’en sais
Tant d’étoiles et que j’ai vues
Au-dessus des toits de mes rues,
Et que j’ai sues et que je sais ;

Mais des vaisseaux il en est plus,
- Et j’en sais tant qui sont partis -
Mais c’est mon testament ici,
Que de vaisseaux il en est plus ;

Et des vaisseaux voici les beaux
Sur la mer, en robes de femmes,
Allés suivant les oriflammes
Au bout du ciel sombré dans l’eau,

Et de vaisseaux tant sur les eaux
La mer semble un pays en toile,
Mes pauvres yeux allez en eaux,
Il en est plus qu’il n’est d’étoiles.

Max Elskamp

La mer comme un pays de toile

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées ;
Mais ce n’est pas l’hiver encore.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

François COPPÉE (1842-1908)

Cuivre, rouille et or

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Madone d'après Bernardino Luini (1481-1534)

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Mes peintures

Congo - Eric Vuillard

Après avoir lu Tristesse de la terre, j'ai eu envie de connaître un peu mieux cet auteur qui pour moi est une vraie découverte littéraire. Congo, son sixième roman paru en 2012, revient sur la période noire du colonialisme. En 1884, la conférence de Berlin réunit quatorze représentants des pays européens avides de se partager les richesses de l'Afrique : c'est ainsi que Léopold II roi de Belgique "s'attribue" le Congo. Ce pays possède de quoi satisfaire la soif de puissance du chef d'un petit état qui rêve d'impérialisme : l'ivoire, le latex, les mines, le bois, l'or. Et bien sûr, derrière les discours humanistes se profilent les exactions les plus atroces. Charles Lemaire, Léon Fiévez ont la charge de venir à bout des moindres réticences:on pille, on mutile, on incendie. Tous les moyens sont bons, du fouet à la machette en passant par les cordes et autres subtilités. En tout, dix millions de morts en vingt ans.
Par ce récit, Eric Vuillard rend hommage à ces victimes de la folie européenne, à ces chefs d'état n'écoutant que leur propre instinct mégalomane, un siècle après celui des Lumières. Il trouve le mot juste pour dénoncer, s'indigner des monstruosités commises :

"Si je veux mettre à côté de ces géographes en habit un nègre du Congo et si je veux, sur la banquette du carrosse, déposer un panier, et si, dans le panier, je veux mettre quelques-unes de ces petites mains mutilées que j'ai vues sur les photographies les plus émouvantes du monde, qui peut m'en empêcher?"

Le style est là pour servir les idées : il est extrêmement percutant, quelquefois drôle ou poétique; en tout cas, il nous émeut profondément et une fois le livre refermé, certaines phrases nous restent en mémoire.
Un auteur que je conseille vivement.

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Marie Heurtin

Jean-Pierre Améris voulait adapter l'histoire d'Hellen Keller, best-seller que beaucoup ont lu, mettant en scène une jeune fille sourde et aveugle sauvée du handicap par sa gouvernante. Les droits étant trop chers, il a cherché une histoire similaire. Celle de Marie Heurtin, (1885-1921) , jeune fille que ses parents refusent de laisser dans un asile, est aussi exemplaire. Près de Poitiers, le couvent de Larnay prend en charge des enfants sourds-muets. La mère supérieure voyant que Marie est un véritable petit animal sauvage, ne se sent pas capable de l'accueillir, mais soeur Marguerite veut tenter l'expérience. Elle sent que Marie a tout à donner, sans trouver le moyen d'y parvenir. Les débuts sont très difficiles, cependant soeur Marguerite ne se décourage pas. A force de patience et d'amour, elle parvient à comprendre qu'en associant un signe et un objet, Marie pourra communiquer, se laisser apprivoiser...
Que de force et d'émotion dans ce film porté par des actrices remarquables: Isabelle Carré est lumineuse et la petite Ariana Rivoire, elle-même sourde, réussit une performance incroyable. Une merveilleuse leçon de vie, de persévérance, de don de soi qui n'a pas d'âge:

"J'ai écarté toute tentation de reconstitution historique. Ce qui m'intéresse dans les films situés dans le passé, c'est leur résonance au présent. L'Histoire n'est pas mon sujet. Je voulais faire un film intemporel."J.P Améris

Marie Heurtin
Marie Heurtin
Marie Heurtin

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

...Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

Les saisons au réveil : 4 L'automne
Les saisons au réveil : 4 L'automne
Les saisons au réveil : 4 L'automne

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers...

Baudelaire

L'appel du large...

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Laquelle préférez-vous?

Invitation à la balade
Invitation à la balade

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Mark Rothko - Annie Cohen-Solal

Voilà une excellente biographie de cet artiste majeur du XXème siècle. Né en 1903, à Dvinsk, en Lettonie, Marcus Rothkowitz , dernier enfant de la famille, fait ses études dans une école talmudique, contrairement à ses frères et soeurs. Cette particularité laissera son empreinte toute sa vie. Pour fuir les les pogroms, la famille émigre aux Etats-Unis et c'est à l'âge de dix ans que Marcus plonge dans une autre culture sans en parler la langue. Elève appliqué et curieux, il progresse très vite, finit par intégrer l'université très cotée de Yale où il constate l'impact des différences sociales, les inégalités, les privilèges. C'est en rendant visite à un ami qui dessine un croquis de modèle vivant que l'art lui apparaît comme le moyen idéal pour s'affirmer, se construire une identité. Il fréquente les Beaux-Arts, puis devient professeur de dessin pour enfants. Rebelle aux institutions, il attribue à l'artiste un rôle social. Parallèlement à la peinture, il continue à s'intéresser à la littérature, à la philosophie, à la musique. Et c'est cette dimension spirituelle qu'il cherchera à transmettre dans ses oeuvres. Après avoir côtoyé Matisse, les surréalistes, les expressionnistes (Pollock), il cherche à faire une peinture américaine, qui s'éloigne des influences européennes. Avec ses amis Newman et Still, il invente une nouvelle façon de peindre, en utilisant la couleur en bandes souvent monochromes, propres à exprimer des énergies de l'inconscient, rôle joué auparavant par les symboles, les images:

" Nous sommes en train de nous libérer des entraves de la mémoire, de l'association, de la nostalgie, de la légende, du mythe, de tout ce qui avait été inventé par la peinture européenne. Au lieu de produire nos cathédrales à partir du Christ, à partir de l'homme, ou à partir de la "vie", nous sommes en train des produire à partir de nous-mêmes, à partir de nos propres sentiments."
Barnett New
man

"Je me dispute avec l'art surréaliste et avec l'art abstrait comme on se dispute avec un père et une mère. L'art surréaliste a découvert le glossaire du mythe et a établi une congruité entre la fantasmagorie de l'inconscient et les objets de la vie quotidienne. Cette congruité constitue l'expression tragique et exaltée qui pour moi est le seul livre-source de l'art."
Mark Rot
hko

Les années 60 sont pour l'artiste celles de la consécration avec de nombreuses commandes publiques dont la chapelle de Houston. Hélas, la maladie, la séparation d'avec sa seconde femme le poussent à se suicider en 1970 .
Cette biographie bien documentée met en lumière le parcours de cet artiste hors norme qui donnait à l'art la mission de "réparer le monde". Penseur, militant, peintre, en dehors des courants régionalistes et modernistes de son temps, il tient une place prépondérante dans l'art des Etats-Unis .
A lire absolument !

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Alpinistes en herbe

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog