Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 > >>
Un peu de douceur pour ce week-end

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Aube d'hiver
Aube d'hiver

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,

Eté est plaisant et gentil,

En témoin de Mai et d'Avril

Qui l'accompagnent soir et matin.

Eté revêt champs, bois et fleurs

De sa livrée de verdure,

Et de maintes autres couleurs,

Par l'ordonnance de Nature.

Mais vous, hiver, vous êtes plein

De neige, vent, pluie et grésil :

On doit vous bannir en exil.

Sans vous flatter je parle plein,

Hiver, vous n'êtes qu'un vilain !

Charles d'Orléans

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas - Paul Veyne

Paul Veyne a 84 ans. Au soir de sa vie, il nous livre ses mémoires avec une grande sincérité. Né dans le Midi, cet homme passionné et altruiste a saisi les opportunités qui s'offraient à lui pour construire son chemin, en n'écoutant que sa voix intérieure. Enfant, au cours d'une promenade près de Cavaillon, il trouve un morceau d'amphore romaine qu'il conserve précieusement sous la cloche abritant le bouquet de mariage de sa mère. Puis en sixième, la lecture de l'Odyssée vient confirmer cette passion naissante pour l'Antiquité. Il décide de devenir professeur de lettres classiques, au grand dam de sa mère qui l'imaginait médecin. : « Ce qu'il y a , c'est que tu aimes lire, mais que tu n'es pas intelligent ». Une phrase choc qui lui fera choisir plus tard des femmes bien différentes d'elle.
Le milieu familial pendant la guerre voit s'affirmer les penchants politiques de son père pour l'extrême droite et la collaboration. Mais Paul, découvrant l'horreur des camps, s'éloigne de son influence pour s'engager dans le parti communiste, puis soutenir le FLN pendant la guerre d'Algérie. Cette nécessité d'expier les erreurs de l'enfance ne le conduisent pourtant pas à un rôle politique de premier plan, car « les intellectuels aiment le risque, mais pas la bagarre. » Professeur respecté pour sa compétence et son anti-conformisme, pendant les événements de 68, il n'est pas chahuté pour la bonne raison qu'entre les cours, il pratique l'alpinisme, (une autre de ses passions)en escaladant la balustrade de la faculté...Son amitié avec le philosophe Raymond Aron lui vaut une chaire d'histoire de Rome au Collège de France. Deux autre figures du 20è siècle, Michel Foucault et René Char lui font partager les bonheurs intellectuels de la pensée philosophique et de la poésie.
Un autre élément important dans la vie de Paul Veyne, c'est la place des femmes et de la sexualité . Se trouvant très laid à cause de la dissymétrie de son visage dûe à une malformation congénitale, il sait qu'il doit séduire autrement que par son physique et ce grand désir de se sentir aimé lui fait surmonter son handicap: « Une mienne singularité est de n'avoir éprouvé aucune timidité à faire la cour ». Et il se marie trois fois, comme Cicéron, César et Ovide, pratique le ménage à trois, en considérant que les rapports homme-femme doivent être conformes à un contrat où chacune des parties gagne et perd quelque chose. Sa description de l'extase lui vaut un tableau d'Ernest-Pignon-Ernest qu'il conserve précieusement.
Le dernier chapitre aborde la perte de l'être aimé, le suicide, l'angoisse de la mort ressentie au moment de la sieste, comme l'acédie vespérale des moines. Dans ce cas, la religion n'offre qu'un point d'interrogation, elle est seulement « émouvante pour ceux qui n'y croient guère » comme le dit Benjamin Constant.

C'est un plaisir de parcourir ce livre qui mêle habilement érudition, gaieté, humour, gravité, pudeur et ce n'est pas un hasard si les références qui ont marqué ce grand homme sont L'éducation sentimentale et La Chartreuse de Parme , tous deux guides de vie et de passion.

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Ombre et lumière sur la ville

Heureux qui dans sa ville, hôte de sa maison,
Dès le matin joyeux et doré de la vie
Goûte aux mêmes endroits le retour des saisons
Et voit ses matinées d'un calme soir suivies.

Fidèles et naïfs comme de beaux pigeons
La lune et le soleil viennent sur sa demeure,
Et, pareille au rosier qui s'accroît de bourgeons,
Sa vie douce fleurit aux rayons de chaque heure.

Il va, nouant entre eux les surgeons du destin,
Mêlant l'âpre ramure et les plus tôt venues,
Et son coeur ordonné est comme son jardin
Plein de nouvelles fleurs sur l'écorce chenue.

Heureux celui qui sait goûter l'ombre et l'amour,
De l'ardente cité à ses coteaux fertiles,
Et qui peut, dans la suite innombrable des jours,
Désaltérer son rêve au fleuve de sa ville...

Anna de Noailles

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

La nuée du coeur

La flamme est la nuée du cœur
Et toutes les branches du sang
Elle chante notre air

Elle dissipe la buée de notre hiver.

Nocturne et en horreur a flambé le chagrin
Les cendres ont fleuri en joie et en beauté
Nous tournons toujours le dos au couchant

Tout a la couleur de l’aurore.

Paul Eluard

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

Ils sont trois parmi les neuf finalistes à concourir chaque jeudi sur D8 pour le titre de Nouvelle Star 2015 : Mathieu, landais, étudiant à Bordeaux, Pauline, jeune lycéenne de Lescar près de Pau, et Martial, notre bayonnais vivant maintenant à Paris et qui connaît très bien la scène pour l'avoir maintes fois testée dans des spectacles humoristiques. Souhaitons-leur bonne chance, et même s'ils ne parviennent pas en finale, ils garderont de leur participation une expérience très formatrice pour leur avenir.

Le Sud-Ouest bien représenté à la Nouvelle Star

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Théâtre

Huile sur panneau

Huile sur panneau

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Mes peintures

La Dame blanche est sur les cîmes

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Tareq Oubrou, imam de Bordeaux, propose sa vision de l'islam et de sa place dans la société française . Il est en France l'une des voix de "l'Islam éclairé":

- Sur les interdits:

"Les interdits et les injonctions de l'islam ne concernent que les croyants musulmans, et en aucun cas les non-croyants. Car c'est la foi qui conditionne la pratique. N'est mécréant que celui qui refuse de croire après avoir rencontré le Prophète avec des miracles, etc...
Donc, dire "mécréant" comme une insulte pour quelqu'un qui n'a pas eu la foi n'a aucun sens. Dieu a donné la liberté de croire ou de ne pas croire, il s'agit d'un point absolu fondamental."

- Sur les images du Prophète:

"L'Islam est une religion aniconique. L'interdiction de la représentation ne relève pas du texte mais d'un principe de précaution théologique pour prévenir toute idolâtrie. Il y a un paradoxe à critiquer un non-croyant qui représente ou caricature le Prophète puisque l'interdit ne s'applique pas à lui. Paradoxe supplémentaire : les mêmes excités tolèrent la représentation de Dieu qui est commun à toutes les religions, au risque de faire croire que nous adorons le Prophète plutôt que Dieu."

- Sur les caricatures :

"En revanche, l'éthique interdit à chacun d'insulter ce qui est le plus intime chez l'autre. C'est ainsi que la chose est ressentie par les musulmans, même si, après tout, dans les dessins de "Charlie hebdo", il n'est pas écrit qu'il s'agit de Mahomet. On n'est pas là dans le domaine du religieux mais de l'affectif : il faut recourir à des explications socio-psychologiques pour comprendre cette indignation. En réalité, les musulmans qui pensent défendre le Prophète en réagissant à ses représentations défendent surtout leur identité. Cela dit, on peut aussi répondre à la satire par la satire. Ou par l'indifférence. Le Prophète lui-même a accepté l'humour : quand Mahomet fait l'objet d'une poésie satirique, il répond par une poésie satirique. Certes, quand le Prophète a été attaqué par le glaive, il a répondu par le glaive. Mais là, personne ne nous attaque physiquement."

- Sur la situation actuelle en France :

"Les musulmans ne se sentent pas aimés en Occident. Le fait de ne pas être aimé est presque devenu le septième pilier de la foi musulmane. La crispation est moins religieuse que culturelle et identitaire. Elle est signe de faiblesse avec une minorité qui réagit violemment. On est dans l'émotion, mais il suffirait de pas grand-chose pour faire évoluer la situation : par exemple, mentionner clairement dans les programmes scolaires l'apport de la civilisation arabo-musulmane, avoir un oeil moins sélectif sur l'identité française. Les musulmans ont besoin de retrouver de la fierté, cela ne tient qu'à peu de chose. Il faut aussi réaliser enfin l'enseignement du fait religieux à l'école. Car une laïcité qui exclut les religions prépare les explosions."

Extrait de Sud-Ouest 18 janvier

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

1 2 3 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog