Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 > >>
Mais où est passé le pilote?

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Le lac endormi

Un sapin, la nuit,

Quand nul ne le voit,

Devient une barque

Sans rames ni bras.

On entend parfois

Quelques clapotis

Et l'eau s'effarouche

Tout autour de lui.

 

Jules Supervielle

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Ce serait la fin des tirelires et des casinos. Tout serait gratuit dans les magasins, un monde sans loyers, sans dettes, sans impôts...Mais hélas! Comme un système ne peut qu'être remplacé par un autre, une société sans argent serait basée sur autre chose, par exemple sur le rationnement avec des tickets multicolores.
On distribuerait ainsi :

- 1 poupée ou 1 nounours par enfant

- 1 tablette de chocolat par semaine

- 4 paires de chaussettes et une paire de souliers par an, ce qui permettrait aux unijambistes de troquer une chaussure inutile contre du cognac ou des cigares cubains.
Tout comme pendant la seconde guerre mondiale, où ce système de rationnement était en place, on verrait forcément réapparaître un "marché noir" sur lequel on ferait du troc: sous l'occupation on échangeait un paquet de cigarettes contre deux mottes de beurre.
Le travail obligatoire serait alors rémunéré par des bons de repas au resto, des séjours de vacances et l'usage d'auto pour les méritants, y compris une allocation de carburant.
La vie serait sans doute compliquée par toute sorte de négociations et de chicanes assez monotones. Ainsi, malgré de nombreux défauts, et même si l'avarice est méprisable, l'appât du gain reste l'un des grands stimulants de l'homme soi-disant civilisé.
L'utopie d'un monde sans argent séduit notre imagination, mais elle pourrait bien se transformer en mauvais rêve si l'on tentait de la réaliser.
Tomi Ungerer - Philosophie magazine n°mars 2016

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

Joyeuses Pâques à tous

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Un balcon sur la mer
...Je passe de longs jours et les nuits presque entières,
Appuyée au balcon d'où j'aperçois la houle,
Dont l'ondulation sans repos se déroule,
Sous des nuages lourds ou des clartés légères.

Je vois l'âpre combat des vents contre les lames,
Les vagues se dresser, se courber et reluire,
Les courants d'un vert pâle où de l'argent s'étire,
Et des flots gris jouant avec des flots de flammes ;

J'écoute une musique incessante et profonde,
Les lents soupirs traînant et mourant sur la grève,
Le courroux que le choc des falaises soulève,
Et l'émoi dont la mer enveloppe le monde....
Auguste Angellier

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Hommage

Voir les commentaires

Published by Ritournelle -

Et pendant ce temps Simone veille

Elle sont passées il y a quelques jours au théâtre de Bayonne pour nous enchanter avec une comédie désopilante sur la condition féminine, des années 50 à aujourd'hui : de milieux sociaux différents, mariées et mères, toutes trois en 1950 ont sacrifié leur ambition personnelle pour être "dans le rang". L'arrivée de l'électroménager, la loi sur l'avortement ont considérablement changé la donne, reste encore l'égalité des salaires et autres petits privilèges masculins qui font qu'elles doivent rester vigilantes...
On s'amuse beaucoup des dialogues savoureux , on se remémore les différentes étapes de la lutte des femmes pour leur indépendance, l'humeur est joyeuse et on ne voit pas passer les 1h30 de spectacle...
Pour les parisiens, à voir prochainement au théàtre de la Contrescarpe!

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Théâtre

Un havre de paix au bord de l'eau

On aimerait s'y poser

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

L'homme du verger - Amanda Coplin

Premier roman de cette jeune auteure américaine, originaire de Wenatchee, au nord-ouest des Etats-Unis. De son enfance, elle a retenu la forte empreinte de son grand-père qui était horticulteur et en a fait le métier de son personnage principal.
Talmadge vit en ermite dans ses vergers qu'il soigne particulièrement, au rythme des saisons.il vend ses fruits au marché du village, c'est sa seule occasion de rencontrer un peu de monde. Les figures féminines de son entourage ont disparu : sa mère est décédée, sa soeur a quitté le foyer familial sans donner de nouvelles, son absence restant une énigme. Il a pour amis Caroline, sage-femme dans un village voisin, et Clee, dresseur de chevaux avec les Indiens qui circulent dans cette zone.
Un jour, il aperçoit au fond de son jardin deux adolescentes sales et mal vêtues dont le comportement l'intrigue. Elles lui volent des pommes, mais il ne réagit pas, comprenant que ces filles sont dans une situation misérable. Peu à peu, il tente de les apprivoiser en leur laissant de la nourriture, réussit à gagner un peu de leur confiance et s'aperçoit qu'elles sont enceintes. Il demande alors à Caroline de l'aider.
Talmadge découvre que Jane et Della ont réussi à échapper à la violence et la séquestration . Encore traumatisées par leur passé douloureux, elles survivent comme elles peuvent à la perte de dignité, au manque d'amour. Mais pour combien de temps?
Outre le rythme lent de cette longue histoire qui m'a un peu gênée dans la seconde partie, il faut mettre l'accent sur ses qualités indéniables. L'auteure excelle dans la description de la nature, de l'harmonie parfaite qui règne dans ce verger si bien entretenu, où l'on perçoit les couleurs, les senteurs selon les saisons; sa connaissance parfaite du métier fait que l'on assiste avec précision à toutes les opérations d'entretien des arbres; de plus, la douceur, la paix ressentie dans cet espace privilégié contrastent avec la violence des événements, en font le lieu idéal pour faire renaître l'espoir.
Un autre aspect important, est celui de la situation de l'histoire dans le temps. On se trouve à une période importante de l'histoire de l'Amérique ( fin du 19ème-début 20è) où les progrès techniques font que, avec l'arrivée du chemin de fer, les communications sont plus faciles, le commerce se développe, les fruits peuvent être exportés .
C'est un roman intimiste où tout est sensations, émotions contenues entre des personnages peu bavards qui communiquent par des échanges de regards, des silences, qui nous interpelle sur les destins marqués par la fatalité, sur les douleurs de l'enfance, sur les capacités de l'être humain à découvrir ce qu'il a de mieux en lui et à savoir le transmettre.

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Huile sur toile

Huile sur toile

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Mes peintures

1 2 > >>
Haut

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog