Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

434323    Revoilà notre Woody Allen avec un titre qui explore le mal-être dans toute sa dimension.

"Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos. Je pensais que cela passerait, mais non. J'ai tout essayé..."

Mal de dos, mal du siècle, dit-on! Chez le narrateur, la douleur arrive subitement lors d'une réception d'amis. Sa violence induit une série de visites chez les médecins; pour autant, radios et IRM ne détectent rien. Osthéopathe, magnétiseuse, rien n'y fait et la douleur se fait toujours sentir. A partir de là, une enquête s'impose : pourquoi continuer à souffrir si la cause n'est pas médicale? Il faut en chercher les raisons ailleurs, remonter à l'enfance où le premier traumatisme est un anniversaire où il n'a pas été invité. Le présent offre aussi de nombreuses occasions de tourments: tout d'abord la sphère professionnelle. Le quotidien se fait de plus en plus sombre pour ce personnage qui travaille dans un cabinet d'architectes, subit la pression de l'un de ses collègues, qui est responsable de sa mise au placard, à cause d'un dossier erroné qu'il lui a confié. La vie familiale est devenue trop sage depuis que ses deux enfants ont quitté la maison, sa fille a un compagnon qu'il refuse de connaître, son fils est parti aux Etats-Unis; sa vie de couple s'est enfermée dans une douce routine. Pour ce qui est de ses parents, la sitaution n'est guère plus satisafisante, leurs rapports ont toujours manqué de chaleur et de compréhension.
C'est alors que des événements vont précipiter cette "descente aux enfers": ne supportant plus le harcèlement de son collègue, il décide de lui casser la figure, ce qui lui vaut d'être licencié. Sa femme perd son père, à qui elle était très attachée; elle ne trouve pas en son mari le soutien qu'elle aurait souhaité; cette prise de conscience l'amène à demander le divorce. Voilà notre personnage sans travail, sans femme, sans domicile, contraint à se réfugier chez un couple d'amis...Comment sortir de cette sitution catastrophique?

Avec son humour et sa délicatesse habituels, David Foenkinos nous parle de nous-mêmes, de nos peurs, de nos attentes, de notre relation aux autres. Il veut aussi nous dire que pour renaître, il faut toucher le fond, que notre corps est le baromètre de notre santé émotionnelle; les déboires accumulés par le personnage sont la preuve qu'il subit sa vie, que ce soit au travail, dans sa vie familiale ou amoureuse; il ne sait pas prendre les bonnes décisions et c'est en règlant les problèmes un par un qu'il parvient à être lui-même. Malgré tout, la touche Foenkinos permet de mettre de la légèreté dans les situations les plus dramatiques, le roman est rythmé par l'intensité de la douleur et l'état d'esprit au début de chaque chapitre. Et puis, on aime ce sens aigu de l'observation, ces petites phrases qui interpellent le lecteur:

"Faut-il avoir peur de perdre ls choses pour les aimer passionément?"

Un plaisir de lecture, une pause qui donne la pêche; l'homme est bienveillant, ses livres dégagent des ondes positives!

 

 

 

Published by Ritournelle - - Littérature

commentaires

le petit cinématographe 21/02/2013 15:57

Bonjour Ritournelle, J'ai lu tous ses livres mais celui-ci, je ne sais pourquoi ne me tente pas. Pourtant si je le trouve en bibliothèque je le lirai. Dans le même état d'esprit j'aime beaucoup
Katarina Mazetti en particulier " le mec de la tombe d'à côté.
amitiés. gina

Ritournelle 21/02/2013 17:20



Si tu aimes cet auteur, je suis certaine que tu ne seras pas déçue; j'ai aussi apprécié "Le mec de la tombe d'à côté"...merci pour ton passage!



Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog