Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

220px-Petit-Yersin

Ce livre, qui figure parmi les Goncourables et a déjà obtenu le prix Fnac 2012, met en lumière la vie d'Alexandre Yersin, médecin d'origine suisse, totalement méconnu en France. Et pourtant, il a découvert le bacille de la peste et fabriqué le vaccin correspondant.

Fils d'un enseignant de sciences naturelles et brillant élève, il arrive à Paris en 1885, après des études à Lausanne, est introduit à l'Institut Pasteur par l'intermédiaire d'Emile Roux, en devient le premier préparateur en microbiologie, puis obtient la nationalité française. Son âme d'aventurier le pousse à partir en Indochine où il se fixera par la suite à Nha Trang; entre temps, nombreux sont les voyages qui le mènent en Chine, en Inde, sur les traces de ce bacille de la peste qu'il découvre à Hong Kong . Mais ce savant ne se limite pas à la médecine, son incroyable énergie et son insatiable curiosité le poussent à explorer d'autres domaines: il s'intéresse à la culture des hévéas qui fournissent le latex, acheté par Michelin, à celle du café, du cacao, à la production de quinine pour lutter contre le paludisme, teste des croisements de vaches et de poules, construit des ponts....
L'intérêt du livre ne réside pas seulement dans la reconnaissance de ce savant mais dans la tentative de l'auteur de nous éclairer davantage sur une forte personnalité qui a consacré sa vie à ses passions en cadenassant ses sentiments pour garder une totale liberté; les relations épistolaires qu'il entretient avec sa mère et sa soeur sont les seuls témoignages de sa vie affective.
"Il a passé assez de temps au laboratoire à accoupler des mâles en rut et des femelles en chaleur, à frotter des museaux de rats sur des vulves de rats pour accélérer l'expérience, et jamais n'a repéré dans ses tambouilles un bacille de l'amour. Sans doute conçoit-il un mépris portègne pour les miroirs et les fornications qui multiplient sans raison les existences." S'il a aussi négligé l'art et la littérature, c'est avec la vieillesse qu'il se penche sur les grecs et les latins pour trouver du plaisir à les traduire et finir ses jours en poète.
Patrick Deville réussit à donner à ce personnage la dimension qu'il mérite; la fascination qu'il éprouve pour lui n'exclut pas une pointe d'humour ; son style vivant sait  se mettre en harmonie avec l'ardeur inépuisable de Yersin, dont la dernière heure est empreinte d'une grande poésie:

"Le voilà fait de l'étoffe des songes. Les pêcheurs allument leurs lamparos et gagnent le large. Si l'un se blesse, on le vaccinera contre le tétanos, on a ça au frigo. Les lumières dansent sur la mer ou derrière ses paupières. Il a une nouvelle idée. C'est un peu confus maintenant sa pensée, une lente inondation, l'eau noire et son murmure de marée sous la grande médaille blanche de la lune. La montée des eaux qui atteint les fusibles de son  atelier d'électricité. Il faudrait actionner le disjoncteur, se lever, quitter le rocking-chair. C'est impossible. Les brefs éclairs du court-circuit. L'explosion d'un vaisseau dans le cerveau. Il est une heure du matin. la lumière s'est éteinte."

Et si vous prenez chaque année, comme moi , le vaccin homéopathique contre la grippe, vous aurez une pensée pour cet homme dont vous avalez le sérum!

 

Published by Ritournelle - - Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

loqman 04/10/2012 20:31

Vaccination prévue pour les jours prochains.
je penserais à vous deux.
Promis.

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog