Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

reality

Matteo Garrone avait dénoncé dans Gomorra, adapté du roman de Roberto Saviano, les agissements de la mafia dans la région napolitaine. Ici, il s'attaque à un autre phénomène, réprehensible sans aucun doute, celui de l'invasion de la télé-réalité dans le quotidien de chacun. L'émission concernée est celle du "Grande fratello" qui connaît son heure de gloire internationale, à l'image du Loft en son temps . Luciano est un jeune trentenaire napolitain qui a une poissonnerie dans le centre de Naples; il est exhubérant, chaleureux, drôle, adore sa femme et ses deux filles; lors d'un casting dans un supermarché ces dernières lui demandent de se présenter, ce qu'il fait sans enthousiasme préalable. Mais insensiblement, il se laisse prendre au jeu, rêve d'être sélectionné, réenvisage sa vie complètement jusqu'à vendre sa poissonnerie, se défaire de ses biens qu'il distribue aux nécessiteux car il se croit espionné par cette télévision à laquelle il veut donner une bonne image de lui-même. Mais Luciano ne reçoit pas de nouvelles des sélectionneurs et sa paranoïa est bien en marche...

Ce film qui oscille entre humour et satire donne une image de la société d'aujourd'hui prête à toutes les folies pour connaître la célébrité, attachée à des valeurs dérisoires et qui fuit le réel pour concrétiser le rêve, aussi superficiel soit-il. Ceux qui connaissent Naples retrouveront avec plaisir cette ambiance haute en couleurs, les vieux palais délabrés qui servent de HLM, la vie des marchés, le culte de l'enfant-roi , de la fête...Les comédiens sont très justes dans leur rôle ; Agnelli Arena, l'acteur principal, est actuellement en prison; ce film est un peu l'anti-métaphore de sa vie:lui qui aspire à la liberté dans la réalité se voit rêver d'enfermement, espérons que cette expérience le conduira vers d'autres chemins...

Un bon moment de cinéma qui réactualise la comédie italienne que l'on aime.

Published by Ritournelle - - Cinéma

commentaires

JEA 23/10/2012 09:34

Pierre Murat :
- "Il y a quarante ans, dans L'Argent de la vieille, de Luigi Comencini, un couple de prolétaires essayait, avec un simple jeu de cartes, de s'approprier le magot d'une milliardaire américaine. En
2012, Luciano ne songe même plus à vaincre le capitalisme, mais à en profiter un peu. Aucune chance : le voilà, à son tour, piégé comme ses aînés. Entre deux hommages assumés (les mariages
interchangeables rappellent les satires de Pietro Germi, l'arrivée du héros à Cinecittà, c'est du Fellini pur jus !), Matteo Garrone filme avec brio la montée de la paranoïa : on songe au superbe
plan séquence où Luciano transforme, peu à peu, les clients de sa poissonnerie en espions à la solde de Grande fratello. En quelques instants, le malaise l'emporte, qui efface brutalement la bonne
humeur et l'insouciance...."
(Télérama)

Ritournelle 23/10/2012 09:52



oui, ce qui est terrible, c'est de voir se transformer ce personnage si solaire qui en vient à ne plus écouter son entourage et à sombrer peu à peu dans le dérisoire.



miriam 22/10/2012 17:07

bon retour du cinéma italien!

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog