Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

Danube - Claudio Magris

Un titre qui fait rêver...Et Claudio Magris, triestin spécialiste de la littérature et de la culture autrichienne, a saisi l'opportunité d'un projet d'exposition à Venise sur "L'architecture du voyage" pour descendre le fleuve, de ses sources en Forêt Noire à son delta dans la Mer Noire. Il nous entraîne dans une longue balade au gré de ses envies, nous distille un peu de l'histoire de ces peuples qui bordent le fleuve, leur trait d'union. Comment ne pas évoquer l'empire des Habsbourg, Hitler, Marie Vetsera, Sissi, et tant d'autres qui ont laissé leur empreinte dans ces grandes capitales que sont Vienne, Budapest, Bratislava, Belgrade. Mais outre l'Histoire, la description des paysages, on est tout autant séduit par la littérature, témoin de ces cultures différentes. Nombreuses sont les digressions qui amènent Magris à évoquer Céline, Kafka, Kundera ainsi que d'autres écrivains ou poètes moins connus. " Kafka, si fasciné par la vie et la littérature du ghetto juif, a durement et douloureusement proclamé qu'un poète doit se détacher de toute littérature issue d'une minorité car, contrainte de se défendre des courants extérieurs et entièrement absorbée par cette lutte pour survivre, elle n'autorise pas l'existence d'un grand écrivain".
Ce livre est un concentré de culture, d'érudition, d'humanisme ; prix du meilleur essai étranger en 1990, il conserve une grande actualité car il nous rappelle, que, comme le fleuve accueille ses nombreux affluents, nous sommes tous issus et nourris de cultures différentes et c'est ce qui fait notre richesse. il cite le philosophe Heidegger :"Heidegger lui-même, a contredit avec bonheur le culte de l'enracinement; dans les plus grandes pages de son oeuvre, il a enseigné que le dépaysement est un mode fondamental de l'être -au- monde, que sans se désorienter ni se perdre, sans errer par des sentiers qui disparaissent en plein bois on ne perçoit pas d'appel, il n'est pas possible d'écouter la parole authentique de l'Etre"?
Lorsqu'il évoque le destin tragique de Hans et Sophie Scholl, opposants au régime nazi, c'est pour nous rappeler l'importance d'être portés par des idéaux:
"Ils étaient jeunes, ils ne voulaient pas mourir et ils ne voulaient pas dire adieu au charme des beaux jours, comme le dit tranquillement Sophie le jour de son exécution, mais ils savaient que la vie n'est pas la valeur suprême, et qu'on ne peut l'aimer et en jouir que lorsqu'elle est lise au service de quelque chose qui la dépasse, et qui l'éclaire et la réchauffe comme un soleil. C'est pour cela qu'ils sont allés sereinement à la mort, sachant bien que le prince de ce monde est déjà jugé".

Il serait trop long d'aborder tous les thèmes de ce livre très dense. J'espère simplement vous avoir mis"l'eau à la bouche"et vous avoir donné envie d'embarquer pour un voyage inédit.

Published by Ritournelle - - Littérature

commentaires

Gin 05/08/2013 18:43

Oui l'eau à la bouche ..... c'est ma période lecture. merci Ritournelle. Gin.

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog