Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Au nombre de 3000 dans toute la ville, les mascarons ornent les façades des immeubles bordelais. Une tradition qui vient de l'Antiquité pour éloigner "le mauvais œil" et qui a été apportée à Bordeaux par les Italiens venus travailler à fontainebleau pour François Ier.
Symboles religieux ou historiques, leur variété apporte un peu de fantaisie à l'architecture classique des bâtiments.

 

Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails
Bordeaux 2 : mascarons et détails

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Voilà une ville qui a su mettre son patrimoine en valeur. Se promener au hasard des places et des rues bordées des riches architectures 18ème aux pierres blondes est un pur bonheur , et quand le soleil est de la partie, le plaisir est décuplé!

FONTAINE DES TROIS GRACES  PLACE DE LA BOURSE

FONTAINE DES TROIS GRACES PLACE DE LA BOURSE

PLACE DE LA BOURSE

PLACE DE LA BOURSE

PLACE DU PARLEMENT ST PIERRE

PLACE DU PARLEMENT ST PIERRE

Bordeaux l'élégante 1.
LE GRAND THEATRE

LE GRAND THEATRE

Bordeaux l'élégante 1.

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Huile sur toile

Huile sur toile

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Mes peintures

Poser les pieds sur des sols encore inviolés, est-ce possible? Et, au fond, qu'est-ce qui nous y pousse?


C'était à l'époque préhistorique - ou préadamique si l'on tient à parler comme un théologien- L'homme n'avait pas encore initié son entreprise d'asservissement du monde (ceci, les ecclésiastiques ne le disent pas) . Au Pléistocène, la terre ressemblait à un laboratoire sauvage, bruissant de vie et de menace,, où Homo erectus s'employait à durer. Il croissait dans la savane,la forêt, la steppe aride. Il poussait ses feux, foulait pour la première fois certains territoires. On a retrouvé des traces de ses pas fossilisées dans les déserts d'Eryhtrée. L'empreinte d'un hominidé est aussi un grand pas pour l'humanité que celle de Neil Armstrong sur le sol lunaire en juillet 1969. Notre ancien bipède, bien qu'il eût à essuyer les plâtres de la vie sur Terre, passa sans presque laisser de trace. C'est là sa noblesse.
J'ai le sentiment que l'empressement des enfants à souiller un beau carré de neige blanche dans un jardin matinal, à massacrer une dune lisse est le lointain écho de ces temps où il était commun de fouler pour la première fois un arpent de la Terre. Marquer le sol, laisser une trace, sont-ce là des penchants enfouis dans le cerveau profond?
Qui peut s'offrir ce luxe au siècle 21 d'effleurer un endroit intouché? Qui éprouvera ce tressaillement, ce saisissement glorieux d'imprimer son passage sur une surface préservée? Qui? Sur les océans, pas le moindre ilôt où un humain n'ait déjà débarqué...Sur les continents, toute la boue du monde a été foulée, l'intégralité du territoire explorée, exploitée. Huit milliards d'humains ne commencent-ils pas à trouver aujourd'hui que la place manque?
Pas si vite! Les alpinistes et les spéléologues connaissent encore le privilège de la défloration géographique. Dans les montagnes du Pamir en Asie centrale, dans les Kunlun chinois, sous les plateaux calcaires de Patagonie, il y a encore des sommets ou des gouffres inconnus. Chaque année, un conquérant de "l'inutile" se hisse sur un pic intact, découvre une grotte.
Une fois là-haut, une fois en bas, ces athlètes éprouvent-ils un sentiment religieux? Certains ont la fibre spirituelle, ils savent qu'ils rejouent la geste des premiers hominidés, posant le pied sur des lieux inviolés. D'autres n'ont pas le temps de rêvasser à la portée de leur conquête : il leur faut redescendre vite avant la tempête. D'autres désacralisent à dessein le moment, en allumant une cigarette, comme André Vialatte, en 1955, au sommet du Makala, dans l'Himalaya. D'autre encore ne pensent qu'à la photographie, au drapeau, à la gloire immédiate. Et puis il y a ceux qui sont déçus, car ils découvrent sur le sommet qu'ils imaginaient vierge un objet laissé par un prédécesseur. Werner Herzog avait fait de cette déconvenue le thème de son film Le cri de la roche .
Il me fut donné une fois dans ma vie d'éprouver ce sentiment préadamique. C'était au Yémen, sur l'île de Socotra, face à la corne de l'Afrique. J'étais le second de cordée d'un guide de montagne. Nous ouvrions une voie sur une falaise vierge. Nous grimpions jour et nuit, et soudain, nous gagnâmes à mi-paroi une terrasse plane, suspendue au-dessus de la mer. Au-dessus de nos têtes, il y avait encore 200 mètres à grimper. Nous fîmes halte sur le replat, environnés de vide. L'endroit était recouvert d'une nappe de sable blanc, pur, c'était une nacelle de roche flottant dans l'inaccessible. Les murmures du ressac montaient dans l'air. Personne n'avait voulu grimper ni descendre avant nous. Sur ce sable que rien d'humain n'avait effleuré, je fis le geste rituel et déposai l'empreinte de ma main. Puis je me dis que Narcisse après s'être regardé dans un reflet avait peut-être appliqué sa paume dans le sable.
J'effaçai tout et nous repartîmes vers le sommet.

Sylvain Tesson - Laisser une trace - Philosophie magazine avril 2017

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

Un printemps de rêve!
Un printemps de rêve!
Un printemps de rêve!

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Situé sur la colline de Xoldokogaina, ce petit village surplombant la Bidassoa a été témoin d'  événements historiques : le prince Noir s'y est réfugié pendant la guerre entre l'Espagne et la France sous Louis XIV, les deux enfants juifs Finaly y ont été cachés en 1953, et la contrebande y a vécu ses heures prospères...De nombreuses tombes discoïdales dans son cimetière entourent l'église en pierre de grès de la colline Xoldokogaina avec son bénitier à l'extérieur, destiné aux cagots.

Biriatou, village frontière
Biriatou, village frontière
Biriatou, village frontière
Biriatou, village frontière
Biriatou, village frontière

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

LA RHUNE

LA RHUNE

Que la montagne est belle...
Que la montagne est belle...
Que la montagne est belle...

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

"Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires", déclarait Emmanuel Macron en 2015. Mais au fond, quelles motivations pourraient nous pousser à toujours gagner plus

- Parce que nous manquons de modération
Aristote ( 4è siècle av. JC)

Aristote, penseur du juste milieu distingue la simple économie et la chrématistique. Alors que la première est liée à l'autosuffisance, c'est à dire à la nécessité pour une famille ou une communauté de se procurer de quoi vivre, la seconde désigne "un appétit d'acquisition déréglé, pour lequel il semble n'y avoir nulle borne à la richesse et à la propriété." Forme d'excès, pathologie de l'économie marchande souvent liée à l'usure, la chrématistique est une pente où l'on est entraîné de plus en plus vite:
"La jouissance résidant dans un excès, les gens cherchent ce qui produit cet excès."

- Parce que l'argent est un nouveau Dieu
F.Nietzsche ( 19è siècle)

L'amour de l'argent est une caractéristique de la modernité qui, selon Nietzsche a rejeté la sagesse du juste milieu. L'homme moderne désespère de voir la richesse s'entasser trop lentement. Plus profondément, c'est un "fanatisme du désir de puissance" qui trouve dans l'argent son moyen d'expression privilégié. En lien direct avec le thème de "la mort de Dieu" et le ruissellement du nihilisme, F.Nietzsche tient que les "moyens du désir de puissance ont changé": l'ère du nihilisme est celle où l'amour de l'argent supplante l'amour de Dieu, et où ce n'est ainsi plus ni Dieu ni la vérité qui vous donnent bonne conscience, mais le montant de votre relevé de compte.

- Parce que nous sommes angoissés
J. Maynard Keynes ( 20è siècle)

La motivation première à devenir riche serait d'ordre psychologique et pulsionnel. Dans une analyse très freudienne des mécanismes psychologiques de la quête du gain, Keynes affirme que celle-ci manifeste l'angoisse des individus face à l'avenir et à la mort. Aux yeux de l'économiste, ceux qui veulent devenir riches " cherchent toujours à conférer à leurs actes une immortalité empruntée et illusoire en reportant l'intérêt de ceux-ci plus avant dans le temps". Les richesses accumulées nous permettent de dilater le temps et nous apparaissent - à l'instar d'un père ou d'un dieu - comme une protection, quand le malheur découle en grande partie de l'absence de protection.

- Pour nous distinguer
Jean Baudrillard (20 - 21è siècles)

"Les objets, comme l'argent, ont une fonction première de signification de statut de leur possesseur, avant même leur fonction de satisfaction des besoins" écrit Baudrillard en 1976. Pour le sociologue, nous désirons acquérir de l'argent afin de nous distinguer au sein des échanges de marchandises. Cependant, il distingue les nouveaux riches, qui étalent leur fortune, des vrais possédants qui pratiquent le langage subtil de la "sous-consommation ostentatoire", affichant ainsi un sobriété qui passe d'autant plus pour de la vertu que le montant de leur fortune est élevé.

Samuel Lacroix - Pourquoi voulons-nous être riches - Philosophie magazine n°avril 2017
 

 

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

Une balade très accessible à faire par beau temps pour avoir un panorama magnifique sur la vallée de la Bidassoa, Fontarrabie, St Jean de Luz et au-delà.
Cette belle colline a accueilli des ermites pendant longtemps ( on les comprend!). L'ermitage et la chapelle ont été détruits en 1793 et 1794 pendant la guerre entre la France et l'Espagne. Depuis la découverte des ruines dans les années 60, un nouvel oratoire a été édifié , ainsi qu'une croix de bois. Chaque année les habitants d'Urrugne y vont en pèlerinage le premier dimanche de Carême.

Le mont du Calvaire et sa chapelle près de Biriatou
Le mont du Calvaire et sa chapelle près de Biriatou
Le mont du Calvaire et sa chapelle près de Biriatou

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Ce festival, qui existe depuis 2009, cherche à faire dialoguer tous les arts. Samedi, danseurs et musiciens ont improvisé une performance au Didam, devant un public attentif venu écouter Jean-François Larralde commenter les oeuvres de  l'exposition Fromanger - Leroy.
Au txalaparta : Michou Mestrot et Paxkaline Chabagno
Danseuse : , Maï Ishiwata

Festival les Ethiopiques : musique et danse au Didam
Festival les Ethiopiques : musique et danse au Didam
Festival les Ethiopiques : musique et danse au Didam
Festival les Ethiopiques : musique et danse au Didam
Festival les Ethiopiques : musique et danse au Didam
Festival les Ethiopiques : musique et danse au Didam

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog