Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Il est rare qu'à chacune de mes haltes parisiennes , je ne revienne dans ce musée à dimension humaine où l'on peut admirer à loisir le lieu chargé d'histoire, ainsi que les oeuvres des collections permanentes ou temporaires. Actuellement, c'est la collection de l'espagnole Alicia Koplowitz qui est proposée jusqu'au 10 juillet. Rassemblant 52 tableaux de maîtres de différentes époques, l'exposition "De Zurbaran à Rothko" balaye une grande période de l'histoire de l'art avec Zurbaran, Goya, Schiele, Rothko , Bourgeois, Giacometti et tant d'autres.
Une expo intéressante, à voir sans hésiter!

https://vimeo.com/206249316

 

Le musée Jacquemart-André : élégance, art et culture
Le musée Jacquemart-André : élégance, art et culture
Le musée Jacquemart-André : élégance, art et culture
Le musée Jacquemart-André : élégance, art et culture

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

Mimétisme

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Jean : Les adultes n'ont pas le temps de jouer au Monopoly parce que ça dure deux heures

Elena : Je ne suis pas d'accord, il y a des adultes qui aiment bien se reposer, au café par exemple ou dans un lit

Quentin : S'il n'y avait que des adultes, il n'y aurait pas d'écoles.

Ylies : Etre un enfant c'est pas bien parce qu'on est obligé d'aller à l'école

Quentin : Les enfants ne peuvent pas vivre sans enfants et les enfants ne peuvent pas vivre sans adultes. S'il n'y avait que des adultes, il n'y aurait que des cafés et pas de parcs. S'il n'y avait que des enfants, il n'y aurait que de l'amusement et le monde serait mal rangé. Il n'y aurait que des parcs.

Shanna : Les enfants sont petits mais ils ont parfois de grandes idées. Une fois j'avais cassé un verre en jouant avec ma grande soeur. Elle voulait le jeter à la poubelle de la cuisine pour le cacher à nos parents, et moi, j'ai eu l'idée de le mettre à la poubelle dehors!

Sasha : S'il n'y avait que des enfants, il n'y aurait pas de parcs parce qu'il n'y aurait personne pour les construire.

Amine : L'adulte sera toujours un enfant parce que c'est l'enfant qui va grandir et devenir l'adulte. Et puis, il sera toujours un enfant pour sa maman. Même quand elle sera morte. Mais si c'était l'inverse, ça ne marcherait jamais parce que l'adulte ne peut pas rétrécir et redevenir enfant. Il y a un cycle de la vie. Quand l'enfant n'est pas dans le ventre de sa maman, il n'existe pas, et pareil quand il sera vieux, et qu'il va mourir, il n'existera plus.

Extrait de Philosophie magazine n°juin 2017

 

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Humour

Chercher la fraîcheur...
Chercher la fraîcheur...
Chercher la fraîcheur...
Chercher la fraîcheur...
Chercher la fraîcheur...

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

" D'un oeil, observer le monde extérieur, de l'autre, regarder au fond de soi-même."
                                                                                Amedeo Modigliani

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Citations

En 1973, l'américan Richard Brautigan, proche de la Beat generation, publie "L'avortement", un roman dans lequel il imagine un bibliothécaire qui passe son temps dans une bibliothèque particulière regroupant tous les manuscrits refusés. Après le décès de Brautigan, une bibliothèque de ce type a effectivement été créée aux Etats-Unis.
C'est la lecture de ce livre qui a donné à David Foenkinos l'idée d'écrire Le mystère Henri Pick.
A Crozon, petite ville du Finistère, le bibliothécaire imite le personnage de Brautigan : dans les années 90, il met à la disposition des écrivains non publiés un rayonnage où les usagers peuvent venir puiser à leur gré. C'est ainsi que Delphine, une jeune éditrice de chez Grasset , dont la famille vit à Crozon, vient visiter cette bibliothèque avec son ami écrivain de talent mais encore inconnu. Tous deux y passent du temps et finissent par découvrir une histoire originale qui met en parallèle les dernières heures d'une histoire d'amour avec celles de Pouchkine. Son auteur se nomme Henri Pick. Après des recherches, il s'avère que cet homme, ancien pizzaiolo, est décédé depuis deux ans. Sa femme est éberluée par cette nouvelle, elle qui n'a jamais vu son mari lire ni écrire. Tout ce mystère autour du livre et de son auteur fait que Delphine sait que la publication de ce livre sera inévitablement un grand succès de librairie. Une question essentielle demeure : comment cet homme apparemment inculte a-t-il pu écrire un roman, qui en plus, suppose la lecture d'un grand écrivain russe? A-t-il été le pendant littéraire de la photographe Vivian Maïer qui, a toujours refusé la reconnaissance
David Foenkinos nous entraîne dans cette énigme avec son talent habituel, sa drôlerie, sa sensibilité. Sous des apparences de légèreté, l'auteur n'hésite pas à égratigner le milieu de l'édition,à souligner l'impact évident des médias dans la fabrication des succès littéraires, ainsi que dans leur capacité à bouleverser la vie des anonymes. On est pris dans cette histoire aux personnages multiples jusqu'au dénouement final, complètement inattendu, et si l'on peut reprocher quelques facilités de style, il n'en reste pas moins que ce que l'on aime chez cet auteur, c'est la variété des thèmes abordés dans ses romans, c'est sa plume qui mêle habilement  comédie, polar, histoire d'amour. Sa plus grande qualité est certainement sa faculté à rester proche du lecteur, ce qu'il est aussi dans la vie : un être simple, délicat, à l'écoute de l'autre.

"La vie possède une dimension intérieure, avec des histoires qui n'ont pas d'incarnation dans la réalité mais qui pourtant sont vécues."
 

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Quand la nature s'invite en ville...
Quand la nature s'invite en ville...

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Lou Andréas-Salomé

Cette femme exceptionnelle a été mise en lumière dans les années 70, lorsque les mouvements féministes ont éclos, un peu partout dans le monde. Nombreux sont les écrivains, hommes de théâtre, qui se sont intéressés à elle, sans oublier les cinéastes si l'on se souvient du film de Liliana Cavani : "Au-delà du bien et du mal" porté par la superbe Dominique Sanda
Le personnage de .Lou Salomé est intemporel, n'en finit pas de fasciner, car c'est une femme qui a bravé les préjugés de son époque pour être elle-même. A soixante-dix ans passés, elle confie ses souvenirs à un éditeur, Ernst Pfeiffer, qui les publiera par la suite.
Le biopic de Cordula Kablitz-Post retrace les principaux événements de la vie de Lou, dernière d'une famille de six enfants et unique fille , adulée par un père, général de l'armée russe. Son décès prématuré affectera beaucoup l'adolescente. Elle parle très tôt trois langues, le russe, l'allemand, le français, est initiée à la philosophie, à la religion et à la poésie par le pasteur Gillot qui tombe sous son charme et veut l'épouser alors qu'il est déjà marié. Commence alors la fuite de Lou vers d'autres horizons : elle part pour Zurich, la seule université pour femmes, séjourne en Italie pour sa santé, accepte toutefois un mariage blanc sous conditions avec l'orientaliste Carl Andréas, rencontre les célébrités intellectuelles du moment : les philosophes Paul Rée et Frédéric Nietzsche, qu'elle éconduit après une tentative de vie à trois, pour vivre une passion avec le poète Rilke  de quatorze ans plus jeune. Suite aux échanges intellectuels avec ces figures éminentes, elle publie d'abord un roman, sous un nom masculin, puis différents essais et traités de psychanalyse. Bien sûr, elle côtoie Freud , celui qu'elle admire profondément et dont elle veut suivre le chemin en pratiquant la psychanalyse. Ils seront liés par 25 ans de correspondance.
Certains reprochent à Cordelia Kablitz-Post, dont c'est le premier long métrage, une mise en scène trop académique, mais il faut souligner l'essentiel, c'est à dire l'interprétation remarquable des deux actrices représentant Lou dans la fleur de l'âge et plus âgée. Elles sont parvenues à restituer la force de caractère, la détermination de cette femme très intelligente qui a refusé toute sa vie la subordination à l'autre, ainsi qu'à des principes supposés la priver de liberté, le maître-mot de ses parcours intime et intellectuel.
L'atmosphère de l'époque est bien rendue, tout comme la dimension des échanges de ces personnages, la force de leurs convictions qui ne va pas sans souffrance.
Ce film donne envie de se replonger dans les écrits de Lou, grande figure du féminisme décédée en 1937, à 76 ans à Göttingen.

 

Lou Andréas-Salomé
LOU, NIETZSCHE, PAUL REE

LOU, NIETZSCHE, PAUL REE

LOU, NIETZSCHE

LOU, NIETZSCHE

LOU, RILKE

LOU, RILKE

LOU ANDREA-SALOME

LOU ANDREA-SALOME

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

Si vous allez visiter le Musée Maillol, n'hésitez pas à aller boire un café ou déguster un plat dans la cave voûtée où se trouvaient les loges et la cuisine de l'ancien cabaret ouvert par Pierre et Jacques Prévert en 1951. Lieu mythique qui rassemble les photos des grands noms du music-hall et du cinéma passés par là, c'est un endroit très agréable où il fait bon se poser .
http://www.museemaillol.com/fr/preparer-sa-visite/cafe-freres-prevert

Le café des frères Prévert
Le café des frères Prévert
Le café des frères Prévert
Le café des frères Prévert

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Voilà une exposition au titre étrange, qui est en fait l'adresse de la galerie de Paul Rosenberg (1881 - 1959) dans la première moitié du XXè siècle. Ce célèbre marchand d'art, grand-père de la journaliste Anne Sinclair, est issu d'une famille juive qui a toujours célébré l'art. L'exposition met en lumière l'époque essentielle de l'émergence de l'art moderne, à Paris et aux Etats-Unis, le contexte historique difficile avec la confiscation des oeuvres par les nazis. Ami et agent des artistes, Paul Rosenberg a joué un rôle important en faisant connaître ceux qui sont devenus des grands noms de l'histoire de l'art : Matisse, Léger, Braque, Picasso, Marie Laurencin, Nicolas de Stael  ...
Une exposition dense, très intéressante au niveau artistique, politique et social, qui rassemble des oeuvres de collections publiques et privées d'Europe.
A voir jusqu'au 23 juillet.
 

MATISSE

MATISSE

LEGER

LEGER

BRAQUE

BRAQUE

MARIE LAURENCIN

MARIE LAURENCIN

NICOLAS DE STAEL

NICOLAS DE STAEL

"21 rue de la Boétie" au Musée Maillol

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog