Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Ritournelle

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>
Vert et violet : couleurs de la sérénité et du secret
Vert et violet : couleurs de la sérénité et du secret

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

De nombreux visiteurs sont venus pendant ces deux journées assister à ces moments d'échanges si précieux avec des personnalités issues d'horizons divers. Le facétieux Grégoire Delacourt a débattu avec son complice Jean-Louis Fournier sur le thème du bonheur et des "livres qui font du bien"; David Foenkinos est venu nous parler de l'impact insoupçonné des mots dans la vie des lecteurs avec le  "Mystère Henri Pick". Le pédopsychiatre Aldo Naouri a livré sa conception de l'éducation, nourrie de ses nombreuses expériences de thérapie.
Claude Cancès, un ancien du "quai des orfèvres" et l'écrivain Harold Cobert ont apporté leurs témoignages sur des faits divers qui dépassent souvent la fiction.
Dominique Bona est venue présenter une biographie de Colette mettant en lumière les femmes qui ont compté dans sa vie.
Ces entretiens, ainsi que ceux des autres auteurs présents dont Etienne Rousseau-Plotto , historien local, ont été brillamment menés par la journaliste Nathalie Six.
La photographe Séverine Dabadie a apporté une note locale et colorée avec ses belles photos sur le pastoralisme basque.
Souhaitons longue vie à ces rencontres annuelles!

Grégoire Delacourt, Jean-Louis Fournier, Nathalie Six
Grégoire Delacourt, Jean-Louis Fournier, Nathalie Six

Grégoire Delacourt, Jean-Louis Fournier, Nathalie Six

David Foenkinos
David Foenkinos

David Foenkinos

Harold Cobert, Claude Cancès

Harold Cobert, Claude Cancès

Dominique Bona

Dominique Bona

Séverine Dabadie

Séverine Dabadie

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Après la tempête

Le cinéaste Kore-Eda dresse dans ce film le portrait d'un homme qui se cherche, incapable d'aller au bout de ses rêves : il voulait devenir un grand écrivain, mais après des débuts prometteurs, il n'a plus le goût d'écrire, ne trouve plus l'inspiration. Il entame alors un travail de détective privé pour subvenir à ses besoins. Au lieu de verser à son ex-femme la pension alimentaire pour son fils, il dépense son argent aux courses, un vice hérité de son père décédé. Il n'hésite pas non plus à demander de l'argent à sa vieille mère sous les prétextes les plus divers. Ce penchant l'a écarté de sa femme, l'a éloigné de son fils qu'il voit peu et pour qui il est un mystère. Tous trois se retrouvent un soir chez la mère et sont contraints de passer la nuit côte à côte à cause du typhon. La violence de la nature aura-t-elle mené à d'autres déchaînements intimes ou à un apaisement?
Avec une caméra qui filme très lentement l'évolution des personnages, Kore-Eda nous donne à penser sur les relations humaines dans leur complexité, que ce soit les relations familiales ou les relations de couple. Il dresse un constat doux amer sur nos espoirs, nos échecs, sur la difficulté de s'assumer, d'être compris et aimé.
Un film délicat, universel, sur la fragilité de l'humain, porté par d'excellents acteurs.

Après la tempête
Après la tempête
Après la tempête
Après la tempête

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Cinéma

Peut-on encore être heureux dans un monde violent, égoïste, injuste?


Le bonheur est cette coïncidence apaisée entre soi et le monde- si le bonheur est bonheur d'être au monde, alors il est impossible d'être heureux dans ce monde-là.
On peut toutefois opposer à cette vision du bonheur-que nous appellerons rapidement "bonheur des Anciens", une idée du bonheur plus moderne, que l'on trouve par exemple chez Rousseau ou chez Hegel. Le bonheur serait alors moins un état de satisfaction qu'une quête, un effort pour améliorer le monde. "Malheur à qui n'a plus rien à désirer" écrit Rousseau pour dire que le bonheur réside dans le désir du bonheur plus que dans le bonheur lui-même.
Dès lors, le bonheur demeurerait possible jusque dans un monde chaotique, pourvu que nous gardions espoir dans son progrès, que nous ayons des idées à mettre en oeuvre pour lutter contre sa régression. Le bonheur pourrait être au coeur même de ce combat, dans l'énergie que nous sommes capables de déployer pour que ce monde soit "moins violent, égoïste, injuste" : il serait un "bonheur de combattant. L'expression est toutefois problématique dans la mesure où le bonheur renvoie à un équilibre durable. Ce bonheur du combattant est peut-être davantage une joie de combattant, une émotion passagère qui s'empare du coeur et de l'âme de celui qui lutte pour le progrès du monde - voire, comme le dit Camus dans son discours de réception du prix Nobel, pour éviter que le monde ne se défasse.
Cette joie de combat doit encore être distinguée d'une joie d'acceptation, voire d'une joie mystique. Cette dernière est possible même dans un monde dévasté par la violence et l'injustice.C'est la capacité à dire oui au monde malgré tout, malgré les horreurs et les victimes innocentes, à prononcer de "grand oui "dont parle Nietzsche et qu'il appelle parfois "joie tragique". Reste à savoir quelle relation une telle joie affirmative offre avec la joie de combat.
On pourrait penser qu'elle s'y oppose : si je dis oui à tout, je ne lutte donc pas pour le progrès du monde. je préfère penser qu'elles se complètent, paradoxalement : c'est parce que, au fond, je trouve la force d'accepter la vie comme elle est, que je suis capable, l'instant d'après, de me battre pour améliorer le monde. La sagesse stoïcienne ne dit pas autre chose :la joie d'acceptation peut nourrir la joie de combat.

C. Pépin - Philosophie magazine n°mai 2017
 

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Un peu de culture

Roses de mai
Roses de mai

« Nous sommes les roses, dirent les roses.
Ah ! fit le petit prince ...]
Et il se sentit très malheureux.
Sa fleur lui avait raconté qu ‘elle était la seule de son espèce dans l’univers.
Et voici qu’il en était cinq mille, toutes semblables dans un seul jardin ».
Antoine de SAINT-EXUPERY (1900 –1944)

Roses de mai
Roses de mai

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Leonardo Padura occupe une place de premier plan dans la littérature cubaine contemporaine. Je découvre cet auteur avec son avant-dernier roman, une oeuvre dense, foisonnante, dans laquelle on avance lentement pour en suivre le fil et en percevoir toutes les subtilités.
Si l'auteur utilise, comme à son habitude, la trame policière, c'est pour aborder librement les sujets qui l'interpellent, ceux qui font référence à l'Histoire, celle des siècles passés, et celle de notre monde d'aujourd'hui.
1939 : un bateau s'approche de La Havane avec à son bord des juifs polonais fuyant le nazisme. Parmi eux, les parents et la soeur du petit Daniel Kaminsky, que sa famille avait envoyé rejoindre son oncle déjà présent sur l'île. Un tableau de Rembrandt, propriété des Kaminsky, doit servir de monnaie d'échange, mais l'autorisation de débarquer les passagers est refusée. Les Kaminsky repartent pour l'Europe et le destin funeste qui les attend.
Le tableau réapparaît soixante ans plus tard dans une vente aux enchères à Londres.
Pour quelle raison? C'est ce que tente de savoir le fils de Daniel, Elias, qui arrive en 2007 à La Havane et confie l'enquête à l'une de ses connaissances, le fameux détective Mario Conde, personnage récurrent des romans de l'auteur. On se trouve ainsi transporté à plusieurs époques:la période prérévolutionnaire de Cuba, le 17è siècle et le 21èsiècle. Le livre comporte trois parties, dont les noms font référence aux personnages bibliques juifs David, Elias, Judith.
Le premier livre , c'est l'histoire de David et de son oncle dans cette île où les juifs ne sont pas bien perçus: comment s'intégrer dans une société qui refuse la religion des émigrés, faut-il abandonner ses racines ou fuir pour ne pas se trahir? Padura analyse avec acuité cet éternel problème qui a un écho bien réel aujourd'hui.
Le deuxième livre regroupe un tas de données historiques sur la vie à Amsterdam au 17è siècle : c'est une ville cosmopolite où les différentes communautés ont du mal à faire coeexister leurs religions respectives. Pourtant, un jeune juif séfarade devient apprenti dans l'atelier du maître Rembrandt, ce qui signifie qu'il devient hérétique, car il représente la figure humaine, outrepassant les interdits de sa religion. Dans ce passage bien documenté, on apprend aussi beaucoup de la vie artistique de l'époque, des techniques picturales utilisées. C'est aussi l'occasion pour Padura d'expliquer l'origine du tableau disparu.
La troisième partie nous ramène à la vie à Cuba aujourd'hui; Mario Conde enquête sur la disparition d'une adolescente marginale; de ce fait il côtoye tous les laissés-pour-compte du régime castriste qui impose sa religion laïque depuis les années 60.
Le lien entre les différentes parties est bien sûr le tableau, un lien qui permet à l'auteur , tout en évoquant le passé et le présent, de nous faire comprendre que l'Histoire au fil des siècles renouvelle les mêmes erreurs, pratique les mêmes ségrégations. Son propos en écrivant ce livre était de "voir comment, à travers l'Histoire, l'homme a toujours fait face, encore et encore, aux mêmes restrictions de sa liberté individuelle sous la pression de la société."
3 ans ont été nécessaires pour écrire ces 600 pages. Le style à la fois précis et baroque, comme celui de l'autre figure littéraire cubaine, Alejo Carpentier, nous tient en haleine, nous émeut , nous instruit, nous fait sourire, nous amène à réfléchir sur la liberté, celle que tous les pouvoirs, politiques et religieux veulent restreindre. L'homme ne peut vraiment exister sans liberté de pensée et de création.
Un grand livre!
 

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Littérature

Petits bonheurs de mai
Petits bonheurs de mai

Une sorte de verve étrange, point muette,
Point sourde, éclate et fait du printemps un poëte ;
Tout parle et tout écoute et tout aime à la fois ;
Et l'antre est une bouche et la source une voix ;
L'oiseau regarde ému l'oiselle intimidée,
Et dit : Si je faisais un nid ? c'est une idée !
Comme rêve un songeur le front sur l'oreiller,
La nature se sent en train de travailler,
Bégaie un idéal dans ses noirs dialogues,
Fait des strophes qui sont les chênes, des églogues
Qui sont les amandiers et les lilas en fleur,
Et se laisse railler par le merle siffleur ;
Il lui vient à l'esprit des nouveautés superbes ;
Elle mêle la folle avoine aux grandes herbes ;
Son poëme est la plaine où paissent les troupeaux ;
Savante, elle n'a pas de trêve et de repos
Jusqu'à ce qu'elle accouple et combine et confonde
L'encens et le poison dans la sève profonde ;
De la nuit monstrueuse elle tire le jour ;
Souvent avec la haine elle fait de l'amour ;
Elle a la fièvre et crée, ainsi qu'un sombre artiste ;
Tout ce que la broussaille a d'hostile et de triste,
Le buisson hérissé, le steppe, le maquis,
Se condense, ô mystère, en un chef-d'oeuvre exquis
Que l'épine complète et que le ciel arrose ;
Et l'inspiration des ronces, c'est la rose

V.Hugo

Petits bonheurs de mai
Petits bonheurs de mai

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Expo à Arbonne : J.C Cimelière, B.Olczak, A.M Carthé

 Je vous invite à découvrir ou à mieux connaître l'univers de ces artistes sur leurs sites :

http://jccim.com/liens.html

https://carthe.jimdo.com/

http://bernard.olczak.pagesperso-orange.fr/

Sur ce blog figure déjà un article sur l'univers singulier de Jean-Claude Cimelière intitulé L'atelier de curiosités de Jean-Claude Cimelière. Le site culturel Magmosaik lui consacre l'une de sas pages coups de coeur : http://www.magmozaik.com/cim-un-createur-melancomique/

J.C Cimelière
J.C Cimelière

J.C Cimelière

Bernard Olczak

Bernard Olczak

Anne-Marie Carthé

Anne-Marie Carthé

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Art

Nous voici partis pour un nouveau voyage...

Mais les eaux ne seront pas toujours aussi calmes, hélas!

Voir les commentaires

Published by Ritournelle - - Photo

Le blog de Ritournelle

Mes photos, mes coups de coeur en littérature et au ciné, les auteurs et artistes que j'admire,mes productions personnelles et une pincée d'humour...

Hébergé par Overblog